Une relation, récemment nouée entre Louncény Camara, inspecteur des Finances, et madame Mahawa Dioumessy, a tourné au vinaigre d’autant qu’ils sont aujourd’hui à la barre du tribunal de première instance de Dixinn. La dame, qui se serait servie de la boite mail et du compte Facebook de Louncény Camara, est jugée depuis le jeudi, 20 février 2020, pour diffamation. Des faits qu’elle a rejetés en bloc, a appris sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Appelé à la barre, Louncény Camara a expliqué que c’est au mois d’août 2019 qu’il s’est connu avec madame Mahawa Dioumessy avant qu’elle n’ait accès au mot de passe de son ordinateur et de ses autres comptes. « Je la fréquentais tout le temps, notamment les weekend. On se rencontrait souvent, on discutait de la vie professionnelle et de la vie courante. J’ai eu confiance en elle. Un jour, j’avais un document que je devais envoyer au Fond Monétaire International (FMI), j’ai sollicité son aide. J’ai laissé mon ordinateur avec elle et je lui ai remis le compte de mon ordinateur. Et, elle a piraté mon compte. Elle s’est substituée à moi pour envoyer des messages et des vidéos par Messenger à ma femme, à mes amis et à mes collaborateurs. C’est ce compte qu’elle a pris pour se substituer à moi et envoyer des messages et des vidéos irresponsables », a laissé entendre monsieur Camara.

Pour ce qui est du premier malentendu entre les deux, Louncény Camara évoque un projet de voyage que madame Mahawa Dioumessy avait pour son enfant. « Nos relations ont commencé à se détériorer lorsqu’elle m’a dit que son enfant est malade et qu’elle voulait l’envoyer en Norvège. J’ai dit d’accord et pour cela je pourrais l’assister à hauteur de 500 dollars américains. Elle n’était pas contente parce qu’elle voulait plus que ça. Elle m’a raccroché et on a coupé toute relation pendant un bon moment. Mais, dix jours après, nos conversations ont repris. Elle m’a dit que ses enfants ont voyagé, mais que je pouvais toujours lui envoyer les 500 dollars. Je lui ai répondu que je n’avais plus ce montant avec moi », a expliqué l’inspecteur des Finances.

La prévenue dans ce dossier, madame Mahawa Dioumessy, a nié avoir utilisé le mot de passe de Louncény Camara. « Je n’ai pas utilisé son compte. On avait de très bonnes relations. C’est une seule fois qu’il m’a laissé avec son ordinateur portable pour l’aider. Comme il était sorti, je l’ai appelé pour qu’il m’envoi le mot de passe de son ordinateur. Il l’a envoyé par SMS, mais je n’avais pas pu l’ouvrir. C’est à son retour qu’il a récupéré sa machine et il a pu l’ouvrir. Donc, je n’ai jamais piraté son compte pour le diffamer », a rétorqué la prévenue.

Le tribunal a finalement renvoyé le dossier au 5 mars 2020 pour la suite des débats.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com