La sortie du président Alpha Condé à Faranah, demandant de frapper toute personne qui tenterait d’empêcher les contestées législatives et le référendum, passe mal dans les rangs des partis de l’opposition. Aboubacar Biro Soumah, président du Parti pour Progrès et le Changement (PPC), s’est dit choqué par de tels propos qui ne sont qu’une incitation à la violence. Il l’a dit à l’occasion de l’assemblée générale de son parti, tenue ce samedi, 22 février 2020, à son siège à Hamdallaye Pharmacie, dans la commune de Ratoma, a constaté sur place Guineemtin.com à travers un de ses reporters.

Pour Aboubacar Biro Soumah, ces propos du président Alpha Condé prouvent qu’il est conscient du forcing qu’il est entrain de faire pour sa nouvelle constitution. « Alpha Condé, à l’occasion de son passage à Faranah et Kissidougou, a demandé à ses militants de frapper toute personne qui empêcherait la tenue des élections prévues le 1er mars prochain. Vu la situation qui prévaut dans le pays, Alpha Condé s’est rendu compte que l’élection là est difficile à réaliser. A cet effet, il trouve toujours des moyens pour que les guinéens puissent s’affronter, pour emmener les guinéens à s’entre-tuer. C’est ce qui fait qu’il a demandé, lors de son passage a Faranah, à Kissidougou et à Kankan, aux jeunes de se mettre en équipe de choc, appelée des milices, pour réagir à la place des forces de sécurité qui ont l’habitude de sécuriser avant, pendant et après, les élections. »

Par ailleurs, Aboubacar Biro Soumah pense que c’est au peuple de dire Non à cette volonté du président Alpha Condé de « s’éterniser » au pouvoir. « Cette fois ci, comme c’est une élection que lui même il a phagocyté, il veut s’éterniser au pouvoir, il passe par tous les moyens pour s’imposer et parvenir à ses besoins. Donc, s’il autorise encore ces jeunes à s’attaquer aux paisibles citoyens qui refusent de l’accompagner dans son projet satanique, je pense bien que la réponse, c’est au peuple de Guinée d’agir… »

Selon le président du PPC, cette sortie du président de la République est la matérialisation de l’appel à l’affrontement qu’il avait lancé à ses militants au siège du RPG à Conakry. « On a un président qui ne se comporte pas comme un bon père de famille, un président qui appelle a l’affrontement, qui demande aux gens de frapper, de sécuriser les bureaux de vote à la place des forces de sécurité. Ça veut dire que ce qu’il avait prononcé au siège du RPG, en appelant ses militants à se préparer à l’affrontement, est en train de se matérialiser sur le terrain », soutient-il.

En outre, Aboubacar Biro Soumah a laissé entendre que des informations en sa possession font état de recrutement de jeunes dans les quartiers pour le fameux « affrontement ». Le président du PPC invite à ne pas se laisser faire. « Comme le président de la République a appelé ses militants à frapper toute personne qui ne va pas accepter cette élection, alors que nous ne sommes pas prêts à l’accepter, ça veut dire que nous allons tous nous préparer à l’affrontement… Quiconque vote pour ces élections-là, c’est un putschiste. Donc, je vous appelle à resserrer les rangs, mobilisons nous tous pour empêcher ces élections et attendons le coup d’envoi du FNDC. Alpha Condé a dit à ses éléments de frapper, nous aussi, regroupons-nous pour saccager les bureaux de vote…».

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel: 620 589 527/654 416 922

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin