Les initiatives pour la promotion de la paix et de la cohésion sociale se multiplient en Guinée à un moment où la tension monte entre partisans et adversaires de la nouvelle constitution. Pour jouer sa participation et inciter à l’entente entre Guinéens, la Fondation Internationale Ahmed Sékou Touré (FIAST) a organisé hier, dimanche 23 février 2020, à Kipé Dadya, dans la commune de Ratoma, une conférence débat ayant pour thème « les actions pour la paix et la quiétude sociale en Guinée ». La cérémonie a regroupé plusieurs personnalités et de nombreux citoyens de Kipé, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Cette conférence a été animée par Dr Ousmane Bangoura, fonctionnaire à la retraite. Dans son exposé, le conférencier a d’abord fait un tour d’horizon sur les acteurs de la paix, c’est-à-dire ceux qui contribuent à la paix ; avant d’évoquer les causes des conflits dans le pays, les différents conflits que la Guinée a connus et quelques actions indispensables pour que la paix règne en Guinée.

Pour qu’il y ait la paix dans notre pays, Dr Ousmane Bangoura pense qu’il y a des préalables, notamment rebâtir l’Etat pour qu’il joue son véritable rôle et rebâtir la nation en luttant contre l’ethnocentrisme. « Pour qu’il y ait la paix dans notre pays, il faut rebâtir notre Etat, il faut lui donner les moyens pour assurer ses services au bénéfice des citoyens et qu’il soit un État légitime. Et si l’Etat n’est pas légitime, il ne peut pas assurer ses fonctions. Parmi ses fonctions, il y a la sécurité, la paix, les infrastructures sociales de base. Donc, reconstruire l’Etat est un élément important. Il faut aussi rebâtir notre nation. Il faut créer la solidarité entre les groupes, entre les individus qui existent dans notre pays. Il faut lutter énergiquement contre l’ethnocentrisme.

Et pour lutter contre l’ethnocentrisme et rebâtir notre Etat, il faut reconstruire notre démocratie, assurer une nouvelle démocratie qui inclut le peuple, une démocratie qui ne soit pas une démocratie des élites, qui ne soit une démocratie qui favorise l’ethnocentrisme… Si vous voyez aujourd’hui, la plupart des conflits que nous avons pendant les 15 ou 20 dernières années, ce sont des conflits liés à la démocratisation. Malheureusement, ce que je constate, c’est qu’on parle beaucoup, mais on ne fait pas en sorte que cette démocratie soit plus pacifique et qu’elle soit plus productive aux citoyens. »

Pour que la paix et la quiétude sociale soient une réalité dans notre pays, le conférencier s’est adressé à la jeunesse et aux dirigeants. « Ce que je demande à la jeunesse, informez-vous, formez-vous. Ensuite, essayer d’écouter vos parents. Ne vous laisser pas manipuler. La jeunesse, c’est la force vive du pays, c’est la force vive de l’avenir. Aux dirigeants de cesser de nourrir l’ethnocentrisme, de cesser manipuler la jeunesse, de faire en sorte qu’il y ait l’unité dans ce pays, de faire en sorte que le peuple se mobilise dans l’unité pour le développement », a conseillé Dr Ousmane Bangoura.

Présente à cette cérémonie, Aminata Touré, maire de la commune de Kaloum et fille d’Ahmed Sékou Touré, a salué cette initiative qui intervient à moment où la Guinée traverse une crise sociopolitique inquiétante. « La Fondation Internationale Ahmed Sékou Touré est à saluer et à féliciter. Elle s’inscrit en droite ligne des problématiques de notre pays et surtout de ce que feu président Ahmed Sékou Touré voulait et souhaitait pour ce peuple. Nous sommes très fiers aujourd’hui de voir que des jeunes se réveillent. Ça veut dire que les jeunes guinéens ont pris conscience du danger qui nous guette. Le plus grand danger qui nous guette aujourd’hui, c’est les conflits et des conflits très prononcés. Aujourd’hui, nous devons avoir la capacité de nous remettre en cause, qu’il y ait un sursaut national et qu’on accepte le dialogue. Rien ne peut faire sans le dialogue », a-t-elle laissé entendre.

Pour sa part, Elhadj Fodé Mandiaye Magassouba, président de la Fondation Internationale Ahmed Sékou Touré, 3ème imam à la mosquée centrale de Kipé, a fait savoir que cette activité vise à réconcilier l’Etat et le peuple. « Nous ns organisé cette conférence-là, maintenant, c’est pour réconcilier l’Etat et le peuple puisque nous avons constaté qu’il y a un manque de confiance entre l’Etat et le peuple. S’il y a malentendu entre l’Etat et le peuple, c’est grave. Nous avons choisi ce thème parce qu’on a constaté que les tentions ne font que monter entre le peuple et l’Etat.

Entre les citoyens, il n’y a pas de problèmes, mais certaines élites politiciennes radicales sont en train de s’interposer entre les citoyens et les opposer. Moi, je pense que nous les citoyens des différentes ethnies à la base, nous n’avons pas de problèmes entre nous. Mais, les politiciens radicaux ne cessent de nous manipuler. C’est pourquoi, on a besoin de la paix et la quiétude sociale, comment les citoyens vont vivre entre eux, sans haine et sans problèmes ».

Pour finir, Elhadj Fodé Mandiaye Magassouba invite la jeunesse de Guinée à refuser de tomber dans la manipulation des politiciens. « Je lance un appel à la jeunesse de ne pas accepter les manipulations ni par le pouvoir, ni par l’opposition. Chacun d’eux ne se bat que pour ses propres intérêts. Les jeunes n’ont qu’à créer leurs propres entreprises et abandonner l’argent venant des politiciens des tous les bords », conseille-t-il.

La cérémonie a pris fin par une remise de satisfécits au conférencier et au président de la Fondation Internationale Ahmed Sékou Touré

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Tel: 622919225 / 666919225

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com