La gent féminine est aujourd’hui très engagée dans le combat contre la pauvreté à travers entrepreneuriat. C’est dans le cadre de combat que les activités du projet « 50 millions de femmes Africaines ont la parole » ont été lancées ce mardi, 25 février 2020, à Conakry. Cette initiative, appuyée par le ministère de l’Action Sociale, de la Promotion Féminine et de l’Enfance, à vocation sous régionale, est une plateforme numérique de réseautage pour les femmes entrepreneures du continent africain, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Le lancement de ce projet a mobilisé des membres de l’équipe dirigeante, le ministère de l’Action Sociale, les organisations de la société civile, les universitaires, les femmes et filles responsables d’associations évoluant dans divers secteurs.

Dans son allocution, la coordinatrice du projet « 50 millions de femmes Africaines ont la parole », Batouly Kaba est revenue sur ses objectifs. « Ce projet a pour objectif de contribuer à l’autonomisation des femmes entrepreneures grâce à l’utilisation de la plateforme pour le développement des entreprises en général ; aussi, à favoriser l’apprentissage entre les pairs, susciter l’échange, le transfert des connaissances, le mentorat, le partage d’informations, de connaissances entre les communautés. »

De son côté, Ibrahim Funsho Oladele, le représentant de la Communauté Economique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) à cette rencontre, a laissé entendre que ce projet permettra aux femmes et filles de 38 pays africains de bénéficier d’opportunités de financement. « Cette plateforme couronne tous les efforts déployés par le gouvernement de ces pays en faveur de l’autonomisation de la femme. Mais, elle permettra surtout d’accroître la visibilité de toutes nos initiatives en faveur des femmes à travers le monde entier…

Les femmes entrepreneures de ces pays pourront également faire de cette plateforme une fenêtre de lecture sur chacun des 38 pays africains qui utilisent cette plateforme. Désormais, toutes les femmes et jeunes femmes entrepreneures de ces pays peuvent également faire de cette plateforme leur principal outil de réseautage et d’accès aux opportunités de financement local, national et international. »

Pour sa part, la ministre de l’Agriculture, Hadja Mariama Camara, représentante de la ministre de l’Action Sociale, a félicité vivement la Banque Africaine de Développement qui finance ce projet. Dans la même lancée, elle a remercié la CEDEAO pour avoir initié ce projet d’envergure qui, selon elle, « favorisera des échanges fructueux en termes de bonnes pratiques entre les femmes dans divers domaines de leurs activités ».

Au terme de cette rencontre, madame Madina Daff, représentante de la Chambre de Commerce au niveau de l’équipe pays de ce projet, a dit être doublement satisfaite de cette initiative. « Je suis doublement satisfait de ce projet. Ça, c’est une organisation qui va porter des fruits. Le projet 50 millions de femmes africaines ont la parole donne la chance aux jeunes filles et femmes entrepreneures d’avoir des facilités d’informations, d’être interconnectées par rapport aux autres pays membres. Officiellement, il y a à peu près 80 femmes guinéennes ici. Mais officieusement, on est plus de 100 femmes. Donc, c’est plus qu’une satisfaction et j’encourage vivement ce genre d’initiatives », a-t-elle lancé.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com
Tel : 620 589 527/654 416 922

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com