image d’archives

A quelques jours des contestées élections législatives et du référendum constitutionnel tout aussi décrié du 1er mars 2020, les citoyens du quartier Dar-Salam, dans la commune urbaine de Kindia, n’ont jusque là pas reçu leurs cartes d’électeurs. L’impatience se lit sur les visages des citoyens qui s’interrogent sur les réelles causes d’une telle situation à quelques jours du vote pour ce double scrutin, rapporte l’un des correspondants de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Les responsables du quartier Dar Salam ne savent plus quel discours tenir devant les citoyens. Abdoul Barry, chef du secteur, déplore le fait que les quelques 600 électeurs de sa juridiction ne soient pas encore en possession de leurs cartes d’électeurs. « A l’heure actuelle, nous sommes trop acculés parce que chaque jour, les citoyens nous demandent leurs cartes d’électeurs. Notre quartier compte 4 secteurs, et le recensement a été fait dans tous les différents secteurs. Mais jusqu’à ce jour, nous n’avons pas reçu de cartes d’électeurs. On a maints fois remonté l’information. A chaque fois que je demande au chef de quartier, il me dit qu’ils vont revoir la situation, qu’ils vont remonter l’information. Mais jusqu’à présent, on ne voit rien. Les citoyens nous acculent chaque jour. Nous craignons d’être victimes d’agression de la part des citoyens qui réclament leurs droits. Nous sommes plus de 600 électeurs recensés dans ce secteur », a-t-il fait savoir.

Devant cette situation, Abdoul Barry interpelle les autorités. « Nous demandons aux autorités compétentes de nous aider à avoir ces cartes-là. Le ministre a surtout dit que celui qui n’a pas de carte d’électeur n’aura des cartes d’identité nationale. Et imaginez, celui qui n’a pas de carte d’électeur ne peut pas voter, à plus forte raison avoir un autre papier officiel à travers une carte d’électeur. »

Une citoyenne, du nom de Fatoumata Bah, a dit son inquiétude de n’avoir reçu sa carte d’électeur. « J’habite au secteur Wawa. Je n’ai pas reçu ma carte. On a trop attendu pour recevoir nos cartes. On est même parti chez le chef de quartier pour ça. Il a dit qu’il n’a pas reçu de cartes d’électeurs. Et cela est anormal. Je demande aux autorités locales de nous aider. Nous sommes des guinéens comme les autres quartiers ».

Même de cloche chez Mamadou Mountagha Diallo, chauffeur de profession domicilié au quartier Dar Salam. « Dans notre secteur Solia, nous n’avons aucune carte d’électeur. On a tout fait. Quand tu demandes au chef de quartier, il dit qu’il n’a rien vu. Et si on ne reçoit pas nos cartes, on ne votera pas ! En ce moment, ça va devenir inquiétant. Même s’ils ne veulent pas qu’on vote, qu’ils nous donnent au moins nos cartes d’électeurs », a martelé monsieur Diallo.

Aissatou Barry, enseignante de profession, domiciliée au quartier Dar Salam, demande aux autorités d’envoyer les cartes d’électeurs. « Vraiment, on n’a rien compris pourquoi on n’a pas reçu nos cartes. Sinon, nous avons été recensés et cela s’est très bien passé au quartier Dar Salam. Cela nous inquiète parce qu’on ne connait pas qu’est ce qu’ils ont prévu. Les cartes d’électeurs ont l’habitude de venir. Pourquoi les citoyens de tout un quartier ne reçoivent pas leurs cartes ? Nous demandons aux autorités d’envoyer nos cartes », a demandé Aissatou Barry.

Joint au téléphone, Docteur Mohamed Keita, chef du quartier Dar Salam, a confirmé l’information, précisant qu’ils sont encore à l’attente. « Notre quartier n’a pas reçu de cartes d’électeurs. Mais, je communique chaque jour avec le président de la CEPI (Commission Electorale Préfectorale Indépendante) qui a promis d’envoyer les cartes d’électeurs. Et jusqu’à présent, on attend la mission des élections qui viendra avec les cartes d’électeurs », a-t-il expliqué.

De Kindia, Amadou Baïlo Batouala Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin