Alors qu’il prévoyait d’organiser une assemblée générale ce mercredi, 26 février 2020, à Conakry, pour envisager de nouvelles stratégies pour se faire entendre, le SLECG a finalement ajourné ses mouvements de protestation. Le Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée a décidé de suspendre toutes ses activités liées à sa grève jusqu’au 03 mars prochain. Même la conférence de presse qui était prévue ce mercredi par les 11 centrales syndicales qui ont décidé d’appuyer le SLECG dans son combat a été reportée à la dernière minute.

Selon Aboubacar Soumah, le secrétaire général du syndicat des enseignants, cette décision est due au décès d’un membre de l’USTG, la centrale syndicale à laquelle est affilié le SLECG, mais aussi au congé exceptionnel donné aux élèves, en raison des élections législatives et du référendum constitutionnel du 1er mars 2020.

« Les centrales ont fait une déclaration allant dans le sens d’appuyer le SLECG à travers un préavis de grève qui a été déposé au niveau du gouvernement, dont l’expiration est à deux jours. Un de nos camarades signataires de ce préavis de grève, le secrétaire général Tazi, a rendu l’âme. Pour cette raison, les centrales n’ont pas pu faire le déplacement (pour la conférence de presse qui devait avoir lieu ce mercredi au siège de l’USTG). Elles sont toutes mobilisées pour la circonstance.

L’autre raison est que le ministre de l’éducation nationale a aussi suspendu toutes les activités au niveau de son département à partir de demain pour une question de remous politiques que vous savez. Donc, compte tenu de tous ces reports-là jusqu’à la fin du processus électoral, nous avons jugé utile de reporter le présent point de presse après le 03 mars.

C’est ainsi que nous-mêmes au niveau du SLECG, nous avons décidé de surseoir à nos activités, puisqu’on avait programmé aujourd’hui une assemblée générale que nous avons reportée. On devait aussi, pour la circonstance, changer de stratégies si toutefois le gouvernement ne nous faisait pas appel jusqu’à la date d’aujourd’hui.

Et puis, il se trouve que le FNDC a lancé son programme, et nous ne voulons pas confondre notre mouvement avec un mouvement politique, puisque nous sommes un syndicat apolitique et notre revendication est purement syndicale.

Pour ces raisons, nous avons jugé utile de renvoyer nos activités de revendication à partir du 03 mars. Avec les 11 centrales qui appuient, nous aurons à tenir un point de presse au cours duquel nous allons indiquer la date exacte du déclenchement de la grève générale et illimitée par les centrales syndicales », a déclaré Aboubacar Soumah.

Propos recueillis par Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Tel : 620 21 39 77/ 662 73 05 31

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com