En séjour à Conakry, le coordinateur du mouvement « Elazologa », l’antenne du FNDC à Macenta, a animé un point de presse ce mercredi, 26 février 2020. Mamady Onivogui a dénoncé vigoureusement les multiples interpellations et autres exactions dont sont victimes les opposants à un troisième mandat du président Alpha Condé. Des agissements qui, selon lui, prouvent à suffisance que le chef de l’Etat guinéen veut imposer la dictature dans le pays, rapporte un journaliste de Guineematin.com sur place.

« Nous dénonçons les exactions qui sont faites et les répressions sanglantes dont le régime du professeur Alpha Condé se rend aujourd’hui coupable. Quand le professeur Alpha Condé est arrivé au pouvoir, il a dit qu’il prend le pouvoir là où Sékou Touré l’a laissé. Nous, nous pensions que c’était pour développer la Guinée, nous pensions que c’était pour l’émergence de la Guinée. Mais, nous avons vu sur le terrain que ce sont les crimes que le président Ahmed Sékou Touré commettait, c’est-à-dire des exactions, des tortures, les crimes, les répressions sanglantes qui se commettaient à l’époque, c’est de ça qu’il (Alpha Condé) parlait. Il faisait comprendre aux Guinéens qu’il allait reprendre ces mauvaises choses. C’est la vielle école qu’Alpha Condé est venue instaurer en Guinée. Les tueries de Zogota, les tueries de Womey, les tueries de Koulé, les tueries perpétrées lors des manifestations, prouvent à suffisance aux Guinéens que sa phrase est justifiée », soutient l’activiste anti-troisième mandat.

Mamady Onivogui, coordinateur du mouvement Elazologa de Macenta

Poursuivant, le coordinateur du mouvement « Elazologa », qui signifie en langue Loma « ça ne marchera pas », indique que le président Alpha Condé a caporalisé toutes la gestion du pays, dans le simple but de s’éterniser au pouvoir. « Depuis que le professeur Alpha Condé est là, il y a d’abord la concentration du pouvoir à son niveau. Si c’est quelqu’un qui voulait aider le pays, c’était l’équilibre du pouvoir qu’il allait rechercher. Depuis l’indépendance, la Guinée recherche deux choses : l’Etat de droit et l’alternance démocratique. C’est cela la conviction du peuple de Guinée. Malheureusement, tous les présidents qui sont passés, n’ont eu pour ambition que de se donner une présidence à vie. Depuis plusieurs mois, le peuple de Guinée guette Alpha Condé pour voir s’il allait permettre une alternance démocratique.

Mais malheureusement, au lieu qu’Alpha Condé soit un rêve, il est devenu un cauchemar pour les Guinéens. Le projet de Constitution qu’il a présenté au peuple de Guinée, est la pire des choses qu’Alpha Condé pouvait présenter aux Guinéens. Nous jeunes conscients de Guinée, nous disons Non ! Non au projet de nouvelle Constitution. Nous appelons le peuple de Guinée à une résistance active et permanente. Nous ne voulons plus de ces élections parce que son ambition est de se maintenir au pouvoir après 2020. Nous appelons le peuple de Guinée à la résistance active et permanente jusqu’à e qu’il quitte le pouvoir afin que nous mettions enfin les jalons d’une vraie démocratie en Guinée », a lancé Mamady Onivogui.

Juste après son point de presse, Mamady Onivogui a mis le feu pour brûler un exemplaire du projet de nouvelle Constitution, devant les médias.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin