En formation dans le cadre de la tenue des législatives et du référendum constitutionnel du 1er mars prochain, des membres de bureaux de vote ont été pris à partie dans la commune rurale de Timbi Madina, à Pita. L’incident a eu lieu ce mercredi, 26 février 2020, en présence du sous-préfet qui a pris la fuite tout comme les membres des bureaux de vote.

Les membres des bureaux de vote de Timbi Madina, une sous-préfecture située à une trentaine de kilomètres de Pita, ont eu chaud ce mercredi matin à l’école primaire locale où devait se tenir une formation en leu faveur. Pris à partie par des opposants à la tenue du double scrutin, ils ont pris la poudre d’escampette pour éviter le pire.

Joint au téléphone par un reporter de Guineematin.com, le maire de la commune, Mamadou Diao Diallo, a confirmé l’attaque tout en minimisant les dégâts. « Effectivement, des gens sont allés saccager ceux qui suivaient la formation ainsi que leurs formateurs. Disons quand même qu’il n’y a pas eu trop de dégâts. Seulement, ceux qui suivaient la formation ont été dispersés et la formation n’a pas pu continuer », a-t-il expliqué.

Par ailleurs, Mamadou Diao Diallo a confirmé que le sous-préfet était présent au moment des faits, mais qu’il s’en est sorti sans problème. « Le sous-préfet était dedans. Mais, il est sortie indemne. Il n’a pas été touché. Au moment où je vous parle, il n’est pas loin de moi et il n’a rien de grave. »

Dans une vidéo qui montre ce qui s’est passé à Timbi Madina, devenue virale sur les réseaux sociaux, on voit un groupe de personnes brûlé plusieurs dossiers sur place. On entend certains individus dire qu’il n’y aura pas d’élection dans leur localité. « Nous sommes à Timbi Madina, on était venu saccager ceux qui suivaient la formation pour les élections législatives. Nous leur avons dit que ça ne marchera pas. Il n’y aura pas d’élections à Timbi Madina. Ce sont les papiers qu’ils utilisaient qu’on a brûlé. Tous ceux que vous voyez ici sont venus pour ça. C’était pour chasser ceux qui sont en formation dans cette école. Chez nous à Timbi Madina, il n’y a pas d’élection. C’est Elhadj Mamadou Cellou (président de l’UFDG, ndlr) qui est à Timbi Madina. C’est un seul parti qui est là. On n’aime pas même celui qui aime Alpha Condé jusqu’au jour du jugement dernier. C’est l’argent des âmes de nos enfants qu’ils sont entrain d’utiliser. Tous ceux qui étaient en formation on fui, à commencer pas le sous-préfet. »

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin