A l’approche des très contestées élections législatives couplées au référendum constitutionnel, les incendies ciblant des endroits où sont gardés le matériel électoral se multiplient à l’intérieur du pays. Dans la nuit du jeudi à ce vendredi, 28 février 2020, des inconnus ont mis le feu sur le poste de gendarmerie de Tougué. Tous les matériels qui devaient servir à la tenue du double scrutin du 1er mars ont été réduits en cendre, a appris Guineematin.com à travers son correspondant basé à Labé.

Joint au téléphone, le préfet de Tougué, Elhadj Abdourahmane Baldé, a confirmé l’information. « Ils ont brûlé tout le local de la gendarmerie. Le matériel électoral était stocké à cet endroit. Tout est parti en fumée. L’incendie s’est produit aux environs de 3 heures du matin. On avait institué un mouvement de patrouille à travers la ville. Mais par maladresse, ils ont tous quitté, espérant que rien ne se produirait. A leur retour, ils ont trouvé que des personnes malintentionnées ont mis du feu sur le bâtiment », a indiqué l’autorité préfectorale.

Il ajoute que les auteurs de cet incendie ne sont pas encore connus, mais un suspect a déjà été mis aux arrêts. « Au moment où l’incendie s’est déclaré, on a vu une publication sur les réseaux sociaux d’un jeune du FNDC et membre de l’UFDG, du nom de Mamadou Saliou Baldé, alias Dimbar. Il a été arrêté et il sera auditionné pour approfondir les enquêtes », a annoncé Elhadj Abdourahmane Baldé.

Le préfet précise que cette attaque ne va pas empêcher la tenue du double scrutin du 1er mars dans la préfecture de Tougué. « Je pense que cela ne pourra pas empêcher le déroulement du vote à Tougué, parce que déjà les autorités hiérarchiques sont saisies, et la CENI a promis de remplacer le matériel, tout le matériel, dans les 72 heures pour que nous puissions voter comme n’importe quel citoyen du pays », a-t-il rassuré.

A rappeler que les locaux de la préfecture de Labé ont été également victimes d’incendie dans la soirée du mercredi, 26 février 2020. Des inconnus ont mis le feu dans la salle qui servait de siège à la CEPI, réduisant en cendre tout le matériel électoral qui était stocké sur les lieux. D’autres actes visant à empêcher la tenue du double scrutin du 1er mars 2020 ont été enregistrés aussi ces derniers jours à Timbo (Mamou), Tarihoye et Brouwal Sounki (Télimélé), Timbi Madina (Pita)… mais aussi dans plusieurs ambassades de Guinée à l’étranger.

De Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

 

 

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com