Comme annoncé précédemment, le double scrutin législatif et référendaire, prévu pour se tenir le 1er mars 2020, a été reporté à une date ultérieure. C’est le président Alpha Condé qui l’a annoncé vendredi soir, 28 février 2020, dans une adresse à la nation.

Dans son message diffusé à la télévision nationale, le président Alpha Condé a justifié sa décision par la « responsabilité nationale et sous régionale » de la Guinée qui se doit, selon lui, de rester parmi les leaders du panafricanisme.

« C’est par responsabilité nationale et sous régionale que nous avons accepté un report léger de la date des élections. Ce n’est ni une capitulation, ni une reculade, mais la fidélité à ce qu’a été de la Guinée hier, qu’elle est aujourd’hui et ce qu’elle sera demain. Donc, c’est fort de cette responsabilité et de l’esprit panafricain et guinéen que j’ai accepté ce report… Il est de la responsabilité d’un Chef d’Etat de défendre les intérêts de son pays mais aussi l’intérêt de la sous-région et de l’Afrique », a dit le président Alpha Condé.

Mais, cet argument ne passe pas chez les adversaires du pouvoir de Conakry. Sidya Touré, le président de l’Union des Forces Républicaines (UFR), estime que le chef de l’Etat ne cherche qu’à noyer le poisson et faire les yeux doux à la communauté internationale. L’opposant voit carrément une ruse dans cette décision du l’actuel locataire du palais Sékhoutouréyah.

« Comme d’habitude, Alpha Condé veut tirer son épingle du jeu : avancer tout en reculant. Convaincre la communauté internationale qu’il est ouvert aux critiques tout en verrouillant ce qui l’oppose aux guinéens : le troisième mandat. # Amoulanfé », a écrit Sidya Touré sur compte twitter, ce samedi.

Mamadou Baïlo Keïta pour Guineematin.com

Tel : 622 97 27 22

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com