SAMSUNG CAMERA PICTURES

L’interdiction de l’importation par les frontières terrestres, décrétée par les autorités guinéennes, affecte les populations. La ville de Kankan est frappée depuis quelques jours par une pénurie de viande qui agace les citoyens. Des commerçants de la commune urbaine, rencontrés hier, samedi 29 février 2020, par le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture, disent que cette crise est liée à la faiblesse du ravitaillement du marché à bétail.

L’impopulaire décision gouvernementale interdisant les importations par les frontières terrestres joue sur le quotidien des guinéens. Au marché central de Kankan, les tables des bouchers sont quasi vides. Ce n’est plus la crue habituelle au grand dam de citoyens.

Selon Boubacar Sow, président par intérim des bouchers de Kankan, le défaut d’approvisionnement fait qu’il y a désormais un manque à gagner. « Cette crise de viande sévit indépendamment de notre volonté. Il se trouve que les bœufs sont devenus rares. Les transporteurs de bœufs ont été refoulés à la frontière avec le Mali. Nous avons exprimé notre désarroi et ténue une réunion pour dénoncer cette situation. Après les négociations, ils sont prêts à venir avec le bétail, mais ils craignent pour leur sécurité et celle du bétail. La dernière fois, ils ont perdu plusieurs têtes. En tout cas, il est important que les bœufs arrivent, c’est dans l’intérêt de tous. »

Pour Gallé Camara, commerçante de viande au marché central Dibida, il y a du bétail sur place, mais les prix sont exorbitants. « Les bœufs d’ici sont chers. Avec eux, on ne gagne rien et pourtant on ne peut pas investir à perte. Nos ravitailleurs rentrent chaque fois en brousse pour en chercher, mais ils ne gagnent pas. La situation est devenue difficile pour nous », a-t-elle expliqué.

Déçue de cette crise en plein carême chrétien, Elizabeth Kourouma, consommatrice de viande, n’a pas caché son désarroi. « On ne veut pas que la viande manque, surtout pas en cette période de mois de carême. Vraiment, on devrait faire de telle sorte qu’il n’y ait pas de manque de viande sur le marché. Cette pénurie joue sur nous. Donc, nous demandons à l’autorité de nous aider à avoir de la viande », a-t-elle lancé.

En attendant que la situation change, de nombreux citoyens ont déjà opté pour le poisson.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin