Cellou Dalein Diallo, président de l’UFDG, chef de file de l’opposition guinéenne

Le chef de file de l’Opposition, Cellou Dalein Diallo, a dit son doute quant à la possibilité pour les experts de la CEDEAO de pouvoir faire l’audit du fichier électoral guinéen en seulement 10 jours. Et si les résultats des travaux de ces experts ne reflètent pas la réalité, l’UFDG ne se laissera pas faire. Le président de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) l’a fait savoir à l’occasion de l’assemblée générale de son parti, tenue ce samedi 7 mars 2020, à Conakry, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Dans son intervention, Cellou Dalein Diallo a commencé par dire qu’Alpha Condé n’a pas reporté le double scrutin du 1er mars dernier de plein gré. Selon lui, c’est parce qu’il était acculé tant en Guinée qu’à l’internationale qu’il a opté pour la reculade.

Parlant de la présence en Guinée des experts de la CEDEAO, le président de l’UFDG a fait savoir que même en un mois, on ne peut auditer le fichier électoral de notre pays. « Vous savez, on aura la fin de ce régime grâce au combat que vous allez mener. L’état de ce fichier a attiré la communauté internationale. L’OIF a dénoncé l’état de ce fichier. Elle a dit qu’en tant qu’organisation internationale crédible, qu’elle ne peut pas cautionner ce fichier. L’OIF est partie, mais Alpha a tout fait pour convaincre les gens en disant que ce fichier est bon.

Après le report des élections, il fait venir trois personnes de la CEDEAO pour faire l’audit du fichier en 10 jours. C’est un travail immense. L’ancienne équipe dépêchée par l’OIF a pris deux mois pour faire son travail et déposé un rapport. Et la CEDEAO n’envoi que 3 personnes pour dire qu’il faut auditer le fichier en 10 jours. C’est impossible. Sans compter que l’ancienne équipe, composée de 7 experts et chacun un profil, ils ont eu deux mois pour faire l’audit du fichier. Alpha va chercher des gens, au nombre de 3 personnes, dont certains avaient de très bons rapports avec lui. On ne peut pas faire ce travail même en un mois si on veut faire un bon travail. »

En outre, Cellou Dalein Diallo lance un appel à ses partisans au cas où les experts de la CEDEAO ne feraient pas un bon travail sur le fichier électoral. « Soyez prêts, soyez mobilisés, parce que si les experts de la CEDEAO font des conclusions qui sont contraires au bon sens, qui sont contraires à l’état réel du fichier, naturellement on n’acceptera pas. L’OIF a dit que fichier est pourri, si la CEDEAO dit qu’il est bon, alors on va chercher un 3ème arbitre pour les départager », a-t-il prévenu.

Cellou Dalein Diallo a mis l’occasion à profit pour se prononcer sur la récente sortie du président Ivoirien, Alhassane Ouattara, qui ne va pas présenter pour un 3ème mandat dans son pays. « Alhassane Ouattara a décidé de ne pas briguer un 3ème mandat. Il a décidé qu’il va respecter son serment. Mais, ce n’est pas une première. Après le président du Niger, après Abdoul Aziz de la Mauritanie, c’est le tour du président Alhassane Ouattara, puisque nous ne parlons que de l’Afrique francophone.

Sinon, madame Hélène Johnson du Liberia, a fait ses deux mandats, elle a organisé des élections libres et transparentes, et il y a eu l’alternance. La Sierra-Leone avec Ernest Baï Khromah, malgré la pression exercée sur lui pour qu’il change la constitution ; mais il a refusé. Il a organisé des élections, son parti a perdu les élections. Il y a eu une alternance. Maintenant, nous avons 3 cas dans la sous-région. Alpha Condé doit s’en inspirer en organisant des élections crédibles et transparentes pour céder la place à un autre. »

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com