Les femmes du FNDC ont célébré en leur manière la journée internationale des droits des femmes, ce dimanche 20 mars 2020. Elles ont organisé une manifestation de rue pour protester contre les multiples cas de violation des droits de l’Homme constatés dans le pays, rapporte un correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

La cérémonie officielle célébrant la fête du 8 mars n’a pas connu de l’engouement à Labé. Et pour cause, les femmes du Front National pour la Défense de la Constitution ont boudé l’événement. En lieu et place de la fête, elles ont plutôt organisé une marche pour exprimer leur ras-le-bol face aux tueries, arrestations arbitraires, kidnappings et autres exactions enregistrés depuis quelques semaines en Guinée. Exactions dont sont victimes les d’opposants à un troisième mandat pour le président Alpha Condé.

Habillées pour la plupart en rouge (couleur du FNDC), les manifestantes se sont rassemblées au rond-point de Hoggo M’bouro, dans la commune urbaine. Elles ont marché de là jusqu’à la place des martyrs, scandant des slogans hostiles au régime d’Alpha Condé et au gouverneur de la région administrative de Labé, Elhadj Madifing Diané.

« Nous sommes sorties aujourd’hui pour montrer à Alpha Condé et à Madifing Diané que nous sommes fatiguées, nos enfants sont tués sans aucune justice. Nous femmes, sommes utilisées comme boucliers humains, certaines tuées avec leur grossesse.

Nous demandons à ce qu’ils libèrent nos enfants sans condition. Nous dénonçons également à ce que l’éducation de nos enfants soit assurée. Il y a de cela un mois depuis que nos enfants ont cessé d’étudier correctement et pourtant ce sont eux l’avenir de notre pays. Aujourd’hui, notre souci ce n’est pas de chanter et de danser, mais c’est de montrer au pouvoir d’Alpha Condé ce qui nous fait mal », a dit dame Yacine Diallo, membre de la coordination régionale du FNDC de Labé.

Il faut souligner que certaines femmes avaient émis l’idée d’aller manifester devant le gouvernorat ou la résidence du gouverneur, Madifing Diané. D’autres ont souhaité aller manifester devant la prison civile pour exiger la libération des jeunes qui y sont « arbitrairement » détenus. Toutes ces idées n’ont pas obtenu l’adhésion des organisatrices qui ont tenu à respecter l’itinéraire indiqué dans la lettre d’information adressée à la mairie.

Cette manifestation s’est déroulée sans incident avec une absence remarquée des forces de l’ordre.

De Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com