À l’instar des autres villes de la Guinée, la préfecture de Faranah a célébré hier, dimanche 8 mars 2020, la journée internationale des droits de la femme. La célébration, qui a pour but de réfléchir sur les conditions des femmes et de lutter contre les inégalités, a mobilisé beaucoup de monde à la maison des jeunes de Faranah. L’accent a été mis sur la poursuite des plaidoyers pour une prise en compte effective des préoccupations de la gent féminine, rapporte le correspondant de Guineematin.om basé dans la préfecture.

La journée internationale des droits de la femme a été célébrée cette année sous le thème « Je suis de la génération Egalité : Levez-vous pour les droits des femmes ». Les femmes de Faranah se sont mobilisées à la maison des jeunes de la ville pour commémorer cette journée des femmes en apothéose. On notait également la présence des autorités administratives et communales.

L’inspecteur régional de l’Action Sociale, de la Promotion Féminine et de l’Enfance de Faranah, Alhassane Sampil, a précisé que les actions de plaidoyers en faveur des femmes doivent se poursuivre. « Globalement, cette journée consiste à faire d’abord un bilan. Un bilan de tout ce que les gouvernements, les États, les pays ont pris en termes de promesses, d’engagement, quelles sont les matérialisations des différents engagements par rapport aux questions de la femme et du genre, quelles ont été les actions concrètes qui ont été prises sur le plan économique, légal et institutionnel concourant à l’amélioration des conditions des femmes.

Donc, c’est une journée de bilan, mais aussi de plaidoyer. Le 8 mars est mis à profit pour interpeller les gouvernements par rapport à tout ce qui reste en termes de la non-application des droits de la femme : droit économique, social et politique. C’est vraiment un plaidoyer en direction des décideurs. C’est la seule journée pour dire aux décideurs : inscrivez les femmes au centre des préoccupations, des projets, programmes de développement de votre pays », dit-il.

Pour sa part, la directrice préfectorale de l’Action sociale, Saran Oularé, a d’abord invité les femmes à se lever pour la défense de leurs droits avant de solliciter l’équipement du Centre d’Appui à l’Autopromotion des Femmes (CAAF) de Faranah.

De son côté, le préfet de Faranah, Ibrahima Kalil Keïta, au nom des autorités à tous les niveaux, a rendu un vibrant hommage aux femmes avant de réitérer l’engagement à les accompagner dans la promotion de leurs droits.

La cérémonie a pris fin par des prestations artistiques et culturelles : danses folkloriques, sketchs, déclamation de poèmes…

De Faranah, Bangoura Mamadouba pour Guineematin.com
Tel : 00224 620 24 15 13 / 660 27 27 07

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com