Comme partout dans le monde, la journée internationale des droits des femmes a été célébrée avec beaucoup d’engouement hier, dimanche 08 mars 2020, dans la commune urbaine de Kankan. Cette commémoration a débuté par un cortège composé de femmes de toutes les couches socioprofessionnelles. Parti du rond-point Komarala, le cortège des femmes est passé par le grand marché avant d’arriver à la maison des jeunes où les discours ont été tenus. L’inspectrice régionale de l’action sociale, de la promotion féminine et de l’enfance, Aminata Bérété a invité les acteurs politiques de notre pays au dialogue, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Cette année en Guinée, la journée internationale des femmes est célébrée dans un contexte national dominé par une crise sociopolitique aiguë, avec des cas de morts, de blessés et de très nombreuses arrestations. Les femmes de Kankan ont marché dans la rue avant de demander aux acteurs politiques guinéens de renouer le fil du dialogue pour sortir notre pays de l’ornière.

Dans son discours, Aminata Bérété, l’inspectrice régionale de l’Action Sociale, de la Promotion Féminine et de l’Enfance, a dévoilé l’agenda de cette célébration. « Cette année, les femmes de la région ont décidé de commémorer la journée à travers des actions particulières. D’abord, par une marche ; ensuite, une cérémonie solennelle ; et pour finir, il y aura au programme une lecture du saint coran. Tout ça, c’est pour la paix et la cohésion sociale dans le pays et que Dieu nous préserve d’une crise post-électorale. »

Poursuivant son intervention, Aminata Bérété a déploré les nombreux cas d’incendie qui se sont succédé à travers le pays ces derniers temps, notamment à Conakry, Siguiri et Mamou, avant d’inviter les acteurs politiques au dialogue. « Les femmes de la région de Kankan, sans distinction de parti politique ni d’ethnie ou de religion, par ma voix, nous lançons une invite aux acteurs sociopolitiques à se retrouver autour de la table des négociations car la violence n’arrange personne », a-t-elle laissé entendre.

Dans la même lancée, Hadja Nantou Chérif Konaté, la coordinatrice du RPG, qui a présidé la cérémonie, a invité les Guinéens à éviter les actes de vandalisme. « Je demanderai à nos frères qui utilisent la violence de se ressaisir. Détruire les édifices publics n’arrange personne, même ceux qui le font. Je vous demande très humblement de respecter les guinéens et les bâtiments qui viennent d’être construits. »

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com