Les arrestations, kidnappings et autres emprisonnements contre les opposants au 3ème mandat d’Alpha Condé se sont multipliés ces derniers temps à travers la Guinée. C’est pour dénoncer de tels agissements et réaffirmer leur engagement à continuer le combat que les responsables du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) ont animé une conférence de presse ce lundi, 9 mars 2020, à Conakry. Ils ont mis l’occasion à profit pour demander la mobilisation générale pour la manifestation de ce mardi, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

La coordination nationale du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) a dénoncé une nouvelle fois les kidnappings et la déportation des opposants au projet de nouvelle Constitution dans les « camps de concentration ».

Mamadou Billo Bah, chargé des opérations adjoint du FNDC, a dénoncé la chape de plomb qui est en train de s’abattre sur les opposants au 3ème mandat pour Alpha Condé. « Au moment où nous organisons cette conférence de presse, deux de nos camarades, notamment Sékou Koundouno et Ibrahima Diallo, injustement enlevés et amenés à des destinations inconnues, sont à la DPJ. Mais, aucun de nos avocats n’a eu accès à ces combattants de la liberté qui sont ajustement incarcérés. Au moment où nous organisons cette même conférence, nous avons nos concitoyens qui ont été aussi kidnappés, qui sont au camp de concentration de Soronkoni, il y a de cela près de 3 semaines. Au moment où on vous parle, il y a des camarades qui sont menacés de mort, on a des camarades qui sont violentés et arrêtés injustement. »

Par ailleurs, Billo Bah a réaffirmé l’engagement du FNDC à aller jusqu’au bout dans son combat. « Nous avons estimé qu’il est d’une nécessité absolue d’animer une telle conférence pour non seulement informer, mais aussi et surtout réitérer l’engagement des acteurs, l’engagement des membres et sympathisants du FNDC devant le peuple souverain de Guinée de notre détermination absolue de mener ce combat pour la liberté, de la démocratisation de notre pays, de l’instauration d’un Etat de droit, quel que soit l’obstacle qui se présenterait sur notre chemin »,  a-t-il assuré.

Pour sa part, Oumar Sylla, Foniké Menguè, responsable des actions et antennes du FNDC, a dénoncé le mode opératoire des agents qui « kidnappent les citoyens » sans aucun respect de la procédure en la matière. « Comment est-ce que ces gens-là peuvent venir à chaque fois cagoulés, comme des malfrats, escalader les murs des opposants au 3ème mandat juste pour leur opinion, s’introduire dans leur cour, faire irruption parfois par effraction dans leur maison, enlever ces opposants au projet de 3ème mandat, parfois devant les membres de leur famille ? On les embarque dans des pick-up pour les envoyer dans les lieux inconnus soit à Conakry ou à l’intérieur du pays… Nos vies sont menacées en longueur de journée par ces hommes encagoulés qui viennent pour nous arrêter en violation de toute procédure judiciaire. »

Devant de tels agissements, l’activiste de la société civile demande de ne pas reculer d’un iota. « Trop c’est trop ! Il faut que cela s’arrête. Cela peut s’arrêter si toutefois tous les citoyens épris de justice, épris de paix, nous nous levons en répondant massivement demain mardi à l’appel du FNDC en guise de soutien à tous les militants du FNDC qui ont été kidnappés depuis le 14 octobre 2019 jusqu’à nos jours. Cela, en faisant quoi ? En descendant dans les rues de Conakry, comme de l’intérieur du pays, à l’occasion de cette journée de résistance demain, mardi 10 mars 2020 », a lancé Foniké Menguè.

Ce leader de la lutte contre un troisième mandat pour le président Alpha Condé a, en outre, invité les forces de défense et de sécurité à rester républicaines. « Les militaires ont un rôle à jouer, c’est la protection des citoyens et de leurs biens. Mais, il se trouve que les militaires ont oublié aujourd’hui leur rôle. Ils oublient qu’en prenant une arme pour tirer sur un Guinéen, ils viennent de tuer un frère à eux, une cousine à eux, un voisin à eux. Ils doivent savoir qu’ils sont en train de trahir leur serment. Les militaires doivent prendre conscience et savoir que quel qu’en soit, Alpha Condé va passer, il sera confronté à l’épreuve du temps. Donc, les militaires doivent jouer leur rôle régalien », a-t-il conseillé.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com