Pour mettre fin au déficit de confiance entre les populations, notamment les jeunes élèves, et la police, l’ONG COGINTA multiplie les séances de formation à destination des policiers référents dans les communes de Conakry, Dubréka et Coyah. C’est dans cette dynamique qu’une vingtaine d’agents de la police suit une session de formation d’une semaine, ouverte hier lundi, 9 mars 2020, à l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry a appris sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Selon les organisateurs, la formation vise à renforcer les capacités des policiers référents en vue d’une meilleure sensibilisation des jeunes dans les établissements scolaires pilotes. Dans son intervention, le commissaire Mohamed Cissé, coordinateur de la police de proximité, a fait savoir que l’initiative « policiers référents » implique trois départements ministériels : la Justice, l’Education Nationale et la Sécurité. « Il s’agit de la sensibilisation des élèves en milieu scolaire pour qu’ils puissent éviter la violence, pour qu’ils aient une éducation citoyenne…

Toutes les écoles n’ont pas été encore couvertes par l’initiative de policier référent. Nous voulons que toutes les écoles, publiques et privées, bénéficient de cette sensibilisation par les policiers pour que les élèves comprennent que la violence en milieu scolaire détruit la qualité de l’enseignement et que les policiers ne sont pas que violents, ils sont des éducateurs. Notre rôle aujourd’hui est de faire comprendre à cette couche juvénile que l’approche du policier ne veut pas dire la répression. Le policier est un pair éducateur, il est formé pour sécuriser et pour éduquer », a expliqué le commissaire Cissé.

Pour sa part, madame Camara Margueritte Téwa, directrice pays de COGINTA, a souligné que la doctrine de la police de proximité s’inscrit dans la dynamique de créer la confiance entre agents et citoyens, notamment le élèves. « Pour améliorer l’image de la police auprès de la population, il y a une doctrine qui a été mise en place par COGINTA : la doctrine de la police de proximité, qui vise à rapprocher la police de la population. Donc, la formation qui se tient aujourd’hui dans le cadre de l’initiative policier référent est l’un des volets de cette doctrine. C’est une formation de renforcement des capacités des policiers référents, sélectionnés pour mener des séances de sensibilisation dans les collèges et lycées auprès des jeunes élèves, parce que dans le diagnostic, il est ressorti que la population, surtout la couche juvénile, manque de confiance à la police. »

Selon madame Camara Margueritte Téwa, au cours de la formation, les participants seront outillés sur diverses thématiques qu’ils auront à leur tour à partager avec les jeunes élèves. « Il y a 12 thématiques qui seront développées durant la semaine de formation. Et à la fin de cette formation, les policiers auront toutes les informations à leur disposition pour aller dans collèges et lycées pour sensibiliser les jeunes sur ces thématiques. »

Pour la directrice pays de COGINTA, l’objectif de toutes ces démarches est de changer la perception que les citoyens ont de la police, qui a un rôle préventif. « La population a tendance à penser que le rôle de la police, c’est d’aller avec des matraques dans les quartiers, et de courir derrière les jeunes. Mais, la police a aussi un rôle préventif. Il s’agit de renforcer ce rôle préventif de la police par l’éducation à la citoyenneté des populations, notamment au niveau de la couche juvénile », a-t-elle laissé entendre.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com