Le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) appelle ses partisans à résister les 21 et 22 mars 2020 pour empêcher la tenue du double scrutin législatif et référendaire de dimanche prochain. Sidya Touré, président de l’Union des Forces Républicaines (UFR) et membre du FNDC, demande aux guinéens de se battre pour que « les prédateurs économiques puissent dégager ». C’était à l’occasion de la plénière de ce mardi 17 mars 2020, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Le président de l’UFR a tiré à boulets rouges sur le régime Alpha Condé et « la mafia de l’argent » qui gère notre pays actuellement. Après avoir dénoncé la nouvelle constitution, Sidya Touré invite à la mobilisation générale pour en finir avec le système :

« Ces derniers temps, nous avons assisté à quelque chose d’extraordinaire, que ce soit à l’intérieur de ce pays ou à l’extérieur, on ne parle que de la Guinée mais à travers un seul homme qui a jeté aux orties tout ce que les gens croyaient qu’il avait comme valeur. Tout a été jeté, il ne reste plus qu’une âme de dictateur, fatigué, vieilli et qui se cramponne au pouvoir comme si c’était une dernière bouée de sauvetage.

Nous avons un problème avec Alpha. On ne peut pas être chef d’un pays et marcher dessus. On ne ferait même pas ça chez soi. Il ne reste plus rien des combats que nous avons menés. Nous avons été blessés ici en 2009, sérieusement. Et on en porte encore, pas seulement les cicatrices, c’est pire que cela, pour défendre l’alternance en République de Guinée. On a élaboré une constitution pour ça.

Alors, quand je vois ce monsieur entrain de circuler à travers le pays pour dire qu’il va moderniser la constitution et c’est pourquoi il en propose une nouvelle… J’ai dit, mais attendez ! L’ancienne constitution, dans celle que nous défendons, qui est la Constitution de notre pays, c’est deux mandats. Alpha vient avec un texte où il n’y a pas deux mandats et vous pouvez continuer. On passe de 5 ans à 6 ans et c’est pour l’éternité. Mais, où est la modernité ? Où est la démocratie ? Où est l’alternance ?

Tout ceci n’a qu’un seul objectif… Nous n’avons plus affaire à des hommes politiques, c’est une mafia de l’argent, installée sur les mines de notre pays. C’est de ça qu’il s’agit. Tout le combat qui se mène, c’est pour se maintenir. Ce n’est pas un problème démocratique ou un problème de développement. Le combat, c’est pour conserver l’argent…

Levez-vous, battez-vous contre ceux-là. Battez-vous pour que les prédateurs économiques de ce pays, qui sont reconvertis en hommes politiques, je ne sais comment, puisent dégager. C’est les raisons des manifestations que nous appelons à partir du 21 mars. Les élections n’auront pas lieu en Guinée, on le dit et on continuera de le dire. Il faut que la communauté internationale se rende compte que 90% des guinéens sont sortis contre cette constitution… »

Propos recueillis par Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin