Une folle rumeur d’une attaque contre des boutiques et magasins a provoqué un remue-ménage dans la ville de Kankan hier lundi. Au lendemain de cette fausse alerte, le préfet Aziz Diop a eu un entretien avec les responsables des commerçants de la commune urbaine ce mardi, 24 mars 2020. Au cours des échanges, le préfet les a rassurés en leur demandant de rouvrir leurs boutiques et que des mesures ont été prises pour leur sécurité, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Malgré la sérénité et le calme qui ont caractérisé le double scrutin à Kankan, les commerçants de la commune urbaine vivent la peur au ventre, eux qui ont en mémoire les pillages qui les ont visés le 06 janvier dernier. Dans la journée du lundi, au lendemain du double scrutin contesté, une folle rumeur sur des pillages en vue, ciblant des groupes bien définis, s’est emparée de la ville. En un laps de temps, tous les commerces ont été fermés.

Aziz Diop, préfet de Kankan

Au cours de la rencontre de ce mardi, tenue au bloc administratif préfectoral, Aziz Diop a rassuré les commerçants. « Les folles rumeurs-là, ce sont des allégations qui n’ont aucun fondement. Ce matin, j’ai demandé à ce qu’on rencontre l’ensemble des commerçants, pour les rassurer de vaquer à leurs occupations, de continuer leur commerce. Kankan, c’est Nabaya. On ne brûlera jamais, plus jamais, une maison ici. On ne brûlera jamais, plus jamais, une boutique à Kankan. On ne s’en prendra à personne. Je leur ai demande de faire confiance aux autorités locales », a expliqué le préfet.

Elhadj Mamadou Saliou Sidibé, porte-parole des commerçants de Kankan

De son côté, Elhadj Mamadou Saliou Sidibé, porte-parole des commerçants de Kankan, s’est dit rassuré des propos du préfet avant de mettre en garde les colporteurs de rumeurs. « Hier, c’est un motard qui est passé devant les boutiques pour dire de fermer. Aussitôt, les gens m’ont appelé pour m’informer. Je leur ai dit que c’est une fausse rumeur. Je leur ai dit de rouvrir leurs boutiques. Nous à Kankan, tant que les autorités sont là, les sages sont là, on est rassuré. Maintenant là, celui qui passe pour dire de fermer, il sera arrêté jusqu’à ce que les autorités viennent », a indiqué monsieur Sidibé.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin