Les forces de l’ordre sont accusées de plusieurs exactions à Labé. Dans la rue tout comme dans les concessions, les agents de sécurité violentent des citoyens, enlèvent les biens certains et détruisent d’autres, a appris Guineematin.com à travers un de ses correspondants dans la préfecture.

Cela fait quatre jours que la ville de Labé vit sous haute tension. Depuis le samedi, 21 mars, plusieurs citoyens sont sortis manifester dans la rue pour exprimer leur opposition à la tenue du double scrutin législatif et référendaire du dimanche, 22 mars 2020.

Pour réprimer la contestation, les autorités ont déployé un important dispositif sécuritaire dans la ville. Et comme d’habitude, les agents en profitent pour commettre beaucoup d’abus sur le terrain. Ils n’hésitent pas à jeter des bombes lacrymogènes dans des domiciles privés et à s’introduire dans d’autres concessions pour y commettre des exactions.

« Nous ne comprenons pas cette attitude des forces de sécurité. Au lieu de nous protéger, ils nous brutalisent, même les vieilles personnes subissent leurs abus. Ils tirent des grenades lacrymogènes à l’intérieur des maisons pour étouffer les habitants et ils déshabillent publiquement certaines femmes », explique madame Barry Fatoumata, une habitante du quartier Daka.

Même son de cloche chez Kadiatou Diallo, qui vit dans le même quartier. « C’est surprenant ce que font les agents des forces de l’ordre. Ils sont rentrés chez nous et ont tout cassé. Les portes, les fenêtres et d’autres biens, ils ont tout détruit avant de partir », témoigne cette autre dame.

Même les malades mentaux ne sont pas épargnés par ces exactions. Selon des témoins, des agents de sécurité ont tabassé un fou qu’ils ont trouvé au marché de Daka. C’est après leur départ, que des citoyens sont venus prendre la victime pour l’emmener dans une clinique où il a reçu les premiers soins, avant d’être transféré à l’hôpital régional de Labé.

De Labé, Alpha Mamadou Cellou Diallo pour Guinéematin.com

Tel. (00224)622 607 834

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin