Mamadou Adama Bah, grand frère du défunt

Suite au refus des responsables de l’hôpital Ignace Deen de Conakry de garder leurs corps, la plupart des jeunes tués lors des violences qui ont émaillé le double scrutin du 22 mars en Guinée ont été inhumés. C’est le cas de Hamidou Bah, un chauffeur de 24 ans, tué par balle à Kobaya Kinifi, dans la commune de Ratoma. Il a rejoint sa dernière demeure dans l’après-midi d’hier, lundi 23 mars 2020, au cimetière de Koloma Soloprimo, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Tout comme les autres jeunes tués au cours de chaude journée électorale, Hamidou Bah est tombé sous les balles des forces de l’ordre. Selon Mamadou Adama Bah, grand frère de la victime, les agents ont tiré à bout portant sur le jeune et deux de ses amis qui ont été également blessés.

« Comme dimanche c’était un jour de vote, il n’y avait pas de travail, mon petit frère et deux de ses amis sont allés se baigner à la rivière de Wanindara. C’est là que les forces de l’ordre les ont trouvés. Pris de panique, ils ont pris la fuite. C’est ainsi que les agents ont tiré sur eux. Ses deux amis ont reçu les balles au niveau des pieds et lui il a été touché à la poitrine », a-t-il expliqué.

Quand il a reçu la balle, Hamidou Bah a rendu l’âme sur place. Son corps a été transporté dans un premier temps à la mosquée de Kinifi, dans le quartier Kobaya. La famille a décidé de le déposer finalement à la morgue de l’hôpital Ignace Deen en attendant de se préparer pour les obsèques. Mais, le corps n’a pu passer qu’une seule nuit à la morgue d’Ignace Deen.

La famille a été obligée de précipiter l’enterrement. « Aujourd’hui, les responsables de la morgue nous ont dit qu’il n’y a pas de place et que leur hiérarchie ne les autorise pas à garder les corps là-bas. C’est ainsi que nous sommes allés récupérer le corps et on l’a enterré cet après-midi », a indiqué Mamadou Adama Bah.

Feu Hamidou Bah est originaire du district de Lélé, relevant de la sous-préfecture de Koba, dans la préfecture de Dalaba.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin