Le pouvoir de Conakry multiplie les arrestations des voix discordantes en Guinée. Alors que des milliers de citoyens sont déjà embastillés, d’autres ont été mis aux arrêts dans l’après-midi de ce mercredi, 25 mars 2020, en marge de la conférence de presse organisée par le Front National de la Défense de la Constitution (FNDC). Cette arrestation fait suite à une interpellation d’un agent des renseignements intérieurs, venue espionner les leaders du FNDC, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

La jeune dame interpellée, du nom d’Ami Traoré, s’est confondue aux journalistes venus couvrir la conférence de presse des leaders du FNDC. Mais, elle a vite été repérée par certains défenseurs de la constitution guinéenne.

Après quelques minutes d’audition, la policière habillée en civile a dit être venue exécuter un ordre qui lui a été donné par ses responsables. « Je suis venue en mission de mes chefs, je veux parler de Fabou Camara (directeur central de la police judicaire) et du Général Bafoé (directeur général de la police). Je suis agent de police, je travaille à la DPJ, mais je relève de l’OPROGEM (Office de Protection du Genre, de l’Enfance et des Mœurs). La mission d’aujourd’hui était de venir prendre des renseignements. Mais, je ne suis pas à ma première mission », a-t-elle précisé.

Après avoir échappé à un lynchage, cette espionne a dit mesurer aujourd’hui la dangerosité de sa mission. « Aujourd’hui, j’ai su que ce genre de travail que j’exerce est risqué, très risqué d’ailleurs. Tout ce que je demande, c’est qu’on me pardonne. L’enseignement que je tire, est qu’on doit faire attention à tout ce qu’on fait dans la vie. Je serai lynchée aujourd’hui, brulée vive avec ce boulot. Mais heureusement, j’ai eu la vie sauve grâce aux responsables du FNDC, dont Baïlo Barry (Baïlo Barry Destin en Main, ndlr) qui a mis sa vie en danger pour me sauver aujourd’hui », a-t-elle expliqué.

Quelques temps après l’intervention de cet agent des renseignements devant les médias, des hommes encagoulés sont venus arrêter tous ceux qui étaient au siège du Parti des Démocrates pour l’Espoir (PADES) avant de partir avec Ami Traoré. Les personnes arrêtées sont : Monty Kaba, Fodé Moussa Fofana, Daniel Camara et Aboubacar Demba Diaby.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin