Au lendemain de son décès survenu à Conakry, le lieutenant-colonel Ousmane Conté, fils aîné de l’ancien président guinéen, Lansana Conté, a reçu les derniers hommages de l’armée guinéenne avant de rejoindre sa dernière demeure. Sa dépouille mortelle a été exposée ce jeudi, 26 mars 2020, au camp Almamy Samory Touré de Conakry à cet effet. La cérémonie a été marquée par des témoignages sur la vie du défunt, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Étaient présents à ce symposium, des membres du gouvernement, des représentants des différents états-majors de l’armée de terre, de l’air, de mer, de nombreux officiers, sous-officiers et hommes de rangs ainsi que des parents, amis et collaborateurs du défunt. A cette occasion, le commandant Saïkou Oumar Barry, chargé des ressources humaines du bataillon du quartier général, a rappelé que le lieutenant-colonel Ousmane Conté est né en 1962 à Bouramaya, dans la préfecture de Dubréka et qu’il est décédé après 35 ans, 6 mois et 26 jours de services rendus à la nation.

Après la lecture de l’oraison funèbre, qui a retracé le parcours de l’homme, plusieurs de ses amis ont pris la parole pour témoigner sur sa vie. C’est le cas du lieutenant-colonel Charles Théa, proche collaborateur du défunt. « C’est un homme gentil, souriant, qui a accepté tout le monde. Quand on est ensemble, et tu dis parmi nous il y a le fils d’un chef d’Etat, il dit non, je ne suis pas le fils du président. Ici, je suis avec mes compagnons d’armes. Aujourd’hui, Ousmane n’est plus avec nous. Ses sourires, ses moqueries vont nous manquer. On te demande pardon et nous on t’a pardonné. Aujourd’hui, tu as rejoint le papa. Vas en paix ! Que la terre de Guinée te soit légère ! »

Au nom de la famille Conté, Aboubacar Soumah, président du parti GDE et parent du défunt, a demandé pardon à toutes les personnes auxquelles le défunt a pu faire du mal. « Ousmane Conté, c’est notre fils. Aucun membre de la famille paternel ou maternel ne dira que Ousmane m’a fait ceci ou il m’a fait cela. Il était gentil, humble et modeste. C’est le lieu de demander à ses camarades, s’il a dû commettre des erreurs à leur égard, parce que c’est une personne humaine, nous leur présentons toutes nos excuses et qu’ils lui pardonnent », a lancé le représentant de la famille.

Feu Ousmane Conté laisse derrière lui une veuve et 5 enfants. Il sera inhumé ce jeudi, 26 mars dans son village à Bouramaya, dans la préfecture de Dubréka.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel : 620589527/654416922

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin