image d’archive

Quatre jours après la tenue du controversé double scrutin législatif et référendaire du 22 mars 2020, la tension ne baisse toujours pas dans plusieurs localités de la Guinée. C’est le cas notamment de Sarébhoïdho, une sous-préfecture de Koundara, où un risque de confrontation est palpable ce jeudi, 26 mars 2020, entre des partisans du pouvoir et de l’opposition, a appris Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Selon nos informations, tout serait parti de la volonté d’un groupe de partisans du RPG Arc-en-ciel, le parti au pouvoir, de récupérer la gestion de la mairie de cette commune rurale dans les mains de l’UFDG. Ils disent en avoir marre de voir leur mairie gérée par les opposants, composé entièrement de membres du principal parti d’opposition du pays.

« Il y a les jeunes qui sont venus remplir la sous-préfecture. Ils sont venus en nombre, ils disent qu’ils sont venus renverser le bureau de la mairie et placer les leurs. Mais, nous sommes à l’écoute et nous attendons de voir s’ils peuvent le faire en dehors de ce que dit la loi. Nous nous sommes mis à l’abri pour le moment », a indiqué Elhadj Ibrahima Boïro, le maire de Sarébhoïdho.

Revenant sur la genèse du problème, le maire ajoute que cela remonte à la mise en place du bureau exécutif de la mairie, suite aux législatives de février 2018. « Ils disent qu’au moment des élections communales, il n’y a eu que l’UFDG qui a occupé le bureau exécutif. C’est comme s’ils oublient que c’était le vote. Le RPG a eu 11 sièges et l’UFDG en a eu 12.

A l’époque, ils n’ont pas voulu qu’on négocie, croyant qu’avec la corruption, ils pouvaient acheter la conscience de certains de nos élus et remporter la mairie. Cela n’a pas marché. Pour chaque poste, chaque camp avait présenté son candidat… Nous avons remporté tous les postes. C’est ainsi que le bureau exécutif est resté dans les mains de l’UFDG. Depuis lors, ils disent que c’est eux les natifs d’ici et c’est à eux le Badiar. Donc, il faut qu’ils récupèrent la gestion de la mairie », soutient l’autorité locale.

A la question de savoir pourquoi c’est maintenant que ceux-ci veulent reprendre le contrôle de cette mairie, Elhadj Ibrahima Boïro répond. « Ils veulent profiter de des élections législatives couplées avec le référendum. Mais nous, nous demandons à la population de rester tranquille et de garder la quiétude pour éviter des affrontements et des casses comme à la veille des élections.

Cette fois-ci, si cela reprend, ce n’est pas bon. Je demande donc à tout le monde de se ressaisir et d’attendre ce que dira la loi. Tout ce que la loi dira, on acceptera ; mais, en dehors de cela on n’est pas prêt à céder parce qu’on ne nous reproche de rien. Nous n’avons pas détourné et nous n’avons tué personne. Nous travaillons comme cela se doit », a dit le maire de cette commune rurale.

Egalement joint au téléphone par Guineematin.com, Chérif Mayanta du RPG Arc-en-ciel, accusé d’être le principal instigateur de cette révolte contre le bureau exécutif de la mairie de Sarébhoïdho, a dit être en réunion chez le préfet à Koundara dans le cadre de la même situation.

Le samedi dernier, veille du double scrutin législatif et référendaire du 22 mars, contesté par l’opposition, de violents affrontements avaient opposé des partisans du pouvoir et de l’opposition à Sarébhoïdho. Plusieurs personnes ont été blessées et des maisons incendiées dans ces violences. Depuis, plusieurs partisans de l’opposition ont été arrêtés et conduits au camp militaire de Koundara, selon le maire de cette commune rurale.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin