Vent debout contre le pouvoir d’Alpha Condé, les leaders du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) ne désarment pas malgré le forcing électoral et référendaire du 22 mars 2020. Devant les dérives meurtrières en cours, Cellou Dalein Diallo invite les guinéens à se mobiliser davantage pour lutter contre la division et l’ethno-stratégie qui martyrisent notre pays sous le règne d’Alpha Condé. Le président de l’UFDG l’a dit à l’occasion de la conférence de presse du FNDC de ce mercredi, 25 mars 2020, à Conakry, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Dans son intervention, Cellou Dalein a félicité les partisans du FNDC qui se sont battus ces jours pour empêcher la tenue du controversé scrutin législatif et référendaire. « Je voudrai réitérer nos félicitions au peuple de Guinée qui a été à la hauteur du défi. On a empêché que le coup de force soit perpétré. Il n’y a pas eu d’élections. Les gens l’ont fait avec un esprit de sacrifice admirable. Ils ont sacrifié même leur vie pour les acquis démocratiques dans notre pays. Ils méritent les félicitations du FNDC, du peuple de Guinée et de tous les hommes épris de paix, de justice et de démocratie. Aujourd’hui, le gouvernement est embêté parce qu’il a envie de légitimer sa mascarade », soutient-il.

Par ailleurs, le chef de file de l’opposition a dénoncé l’instrumentalisation des ethnies par le pouvoir de Conakry. Selon lui, les violences survenues dans le pays, notamment à N’zérékoré, ont été planifiées par le régime d’Alpha Condé. « Ce qui est aujourd’hui plus révoltant, c’est Alpha Condé qui réchauffe son instrument actuelle de division. Pendant très longtemps, la répression, c’était connue, c’était dirigée contre une communauté parce qu’il voulait dire que toute la Guinée est avec lui sauf une région. Regardez les statistiques, on a tué les enfants de moins de 20 ans, ciblés. Lorsque la résistance a été forte en Forêt, on s’attaque à une communauté, on les assassine, on les tue, on les brûle vif. Et on développe cette théorie : que c’est une communauté », a dénoncé Cellou Dalein.

En outre, le président de l’UFDG a dénoncé l’ethno-stratégie érigée en mode de gouvernance dans notre pays avant d’inviter les guinéens à rester unis et solidaires. « Ce n’est pas parce qu’un opposant au système Alpha Condé est ressortissant d’une communauté, qu’on peut considérer que cette communauté mérite la guillotine. C’est lui qui disait en 1993 que tout Malinké qui votait pour Lansana Conté est un bâtard… Je donne l’Assemblée Nationale à la Forêt, je donne la Primature à la Basse Côte, il est toujours dans ça. Les guinéens doivent être unis. Nous voulons une République des citoyens, n’acceptons pas de tomber dans le piège d’Alpha Condé. Aujourd’hui en Guinée Forestière c’est le calvaire. J’ai entendu un baron du pouvoir dire que Cherif Abdallah (président du GOHA, ndlr) n’est pas guinéen, qu’il est Mauritanien. Pourquoi il ne s’est pas adressé à Alpha Condé ? Parce que Cherif Abdallah est né à Daka, à Labé. Moi, j’étais à son baptême, tout jeune, avec mon père. Pourquoi il ne s’est pas adressé à Alpha Condé puisque si le père de Cherif Abdallah est venu de la Mauritanie, celui d’Alpha Condé est venu d’ailleurs. La Guinée, généreuse, l’a accepté sans jamais lui opposer les origines de ses parents. On lui a même dit que tu es de Baro, tu es né ici, pour lui faciliter les choses. Mais lui, il est en train de nous diviser… ».

Propos recueillis par Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin