Mamadou Aliou Madina Diallo, coordinateur régional du FNDC à Mamou, semble être dans le collimateur des autorités. Des agents de sécurité se sont rendus à son domicile hier, jeudi 26 mars 2020, avec visiblement l’intention de mettre main sur lui. Mais, plusieurs citoyens se sont mobilisés pour empêcher l’enlèvement de l’opposant, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la ville carrefour.

Depuis quelques jours, la situation se complique davantage pour les opposants à un troisième mandat pour le président Alpha Condé à Mamou. Certains sont déjà arrêtés et écroués et d’autres sont ciblés. En leur tête, Mamadou Aliou Madina Diallo, coordinateur de l’antenne régionale du Front National pour la Défense de la Constitution. Dans la journée du jeudi, 26 mars, des pick-up de la police de la gendarmerie ont fait une descente inopinée à son domicile dans l’intention de l’arrêter, selon Mamadou Madjou Diallo, secrétaire fédéral de l’UFDG à Mamou et vice-coordinateur régional du FNDC.

Mamadou Madjou Diallo, secrétaire fédéral de l’UFDG à Mamou et vice-coordinateur régional du FNDC

« Ils (les gendarmes) sont venus ce matin dans le domicile du coordinateur régional du FNDC, Mamadou Aliou Madina Diallo. Du coup, sa femme m’a appelé pour me dire qu’ils sont assiégés chez lui. J’ai appelé tous les responsables dans les différents quartiers et les responsables du parti (UFDG) pour qu’on prenne des dispositions. Il y avait au moins 4 à 5 pick-up de gendarmes, ils ont escaladé le mur de la cour, ils sont rentrés pour assiéger la famille pendant plus de 3 heures de temps, menaçant de casser les portes qui étaient fermées. C’est lorsque les jeunes ont commencé à se mobiliser pour venir sur les lieux qu’ils sont partis. Et c’est en ce moment qu’on a trouvé une sortie pour le coordinateur », a-t-il expliqué.

Mamadou Aliou Madina Diallo, coordinateur régional du FNDC

Après le départ des agents, Mamadou Aliou Madina Diallo a dû quitter son domicile pour se réfugier ailleurs. Il vit aujourd’hui en cachette. Une situation que déplore le N°2 du FNDC à Mamou. « Il va falloir que les autorités de Mamou cessent. Mamou ne doit pas être exception, ce n’est pas seulement ici à Mamou où il y a eu sabotage des élections. Ils savent que de Conakry à Yomou, en passant par Mamou, la population s’est levée comme un seul homme pour dire non à la mascarade électorale. Aujourd’hui, à Mamou, ils s’acharnent contre nous les membres du FNDC, les militants de l’opposition et même les maires de l’UFDG. Trois de nos maires sont en prison. Notre ami Ibrahima Sow Télico a été arrêté ce matin. On vient de m’informer que le maire de Gongoré aussi est convoqué demain avec au moins 5 de ses citoyens », regrette Mamadou Madjou Diallo.

Ce responsable du principal parti d’opposition du pays accuse Sanoussy Bantama Sow, ministre des sports, de la culture et du patrimoine historique, originaire de Mamou, d’être à l’origine de toute cette situation. « C’est lui qui est en train d’instrumentaliser les autorités préfectorales notamment le préfet », a laissé entendre l’opposant.

De Mamou, Boubacar Ramadan Barry pour Guineematin.com

Tel: 625698919/657343939

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin