Aiz Diop, préfet de Kankan

Les débats dans une affaire domaniale, opposant la famille Diakité du secteur 1, relevant du quartier Dalako, dans la commune urbaine de Kankan, se sont ouverts le jeudi, 26 mars 2020, au Tribunal de Première Instance local. Ousmane Diakité et sa famille accusent Daouda Diakité d’avoir fait détruire sa clôture sur instruction directe du préfet, Aziz Diop. Après les débats, la présence du préfet a été requise pour éclairer la lanterne du tribunal dans cette affaire, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Encore une fois, Aziz Diop est accusé par certains citoyens de s’être immiscé dans un conflit domanial impliquant plusieurs familles du quartier Dalako. Il est désormais cité à comparaître devant le tribunal de première instance de Kankan, saisi par une des parties pour des faits de destruction d’édifices privés.

Après la confirmation des charges contre les prévenus, le tribunal de première instance de Kankan, ayant statué sur l’absence de la partie civile à l’ouverture des débats, a posé des questions à tous les prévenus, dont Daouda Diakité, alias Daoudaba. A la barre, ils ont tous nié en bloc les faits de pour lesquels ils sont jugés. Ils ont certes reconnu leur présence sur les lieux du délit ; mais, ils soutiennent avoir été là pour attendre le préfet.

Devant cet état de fait, le juge a décidé de citer le préfet Aziz Diop à comparaître lors de la prochaine audience, prévue au 1er avril prochain.

Il faut préciser que ce n’est pas une première fois que le préfet Aziz Diop se retrouve au cœur d’une affaire domaniale. Au mois de février 2018, le préfet et le gouverneur, Mohamed Gharé, avaient été cités à comparaître devant le tribunal, mais en vain. Leurs noms étaient liés à un problème domanial qui avait même tourné à l’affrontement et à un bain de sang dans la sous-préfecture de Bâté Nafadji.

Il reste à savoir si le préfet sera présent pour la prochaine audience, même si les audiences sont suspendues pour cause de Coronavirus.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin