Bah Oury, président du parti UDD

Des réactions se font entendre au sein de la classe politique guinéenne, suite à la publication des résultats du référendum constitutionnel du 22 mars 2020, contesté par l’opposition. Ces résultats, rendus publics hier, vendredi 27 mars par la CENI, donnent le OUI à la nouvelle constitution, vainqueur avec 91, 59% des voix.

Interrogé par Guineematin.com sur le sujet, l’opposant Bah Oury parle d’un non-sens. Le président de l’Union pour la Démocratie et le Développement (UDD) estime qu’il ne faut même pas commenter ces résultats pour ne pas leur donner un semblant de crédibilité.

« En commentant ces résultats, on leur donne un semblant de crédibilité. Je préfère considérer que ces résultats n’ont aucun sens de crédibilité en fin de compte, lorsque la base légale est totalement fausse. Ces résultats ne peuvent être qu’à l’image de ce qui était à l’origine. La base étant fausse, les méthodes fausses, la volonté c’est la tricherie de manière institutionnalisée. Donc, on n’a rien à dire. Tout le monde a vu comment les choses se sont passées, donc c’est suffisamment illustratif du non-sens. Ce sont des résultats à la Soviétique », a déclaré le leader de l’UDD.

C’est pourquoi, ce membre du Front National pour la Défense de la Constitution indique que l’opposition ne va pas reconnaître ces résultats, ni les institutions qui seront issues des élections contestées du 22 mars 2020. « Nous n’allons pas reconnaître les institutions qui seront issues de ce semblant d’élections. Personne ne peut reconnaître quelque chose dont la base est fausse et le processus est totalement illégal. Car ça serait comme si on validait l’impunité. Ça, c’est inadmissible », laissé entendre Bah Oury.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin