Souleymane Keïta, conseiller chargé de missions du président Alpha Condé, coordinateur de la cellule de communication du RPG Arc-en-ciel

La mouvance présidentielle exulte au lendemain de la publication des résultats du controversé référendum constitutionnel de dimanche dernier, émaillé de violences meurtrières. Comme on pouvait s’y attendre, le Oui l’a emporté avec un score de 91, 59% si l’on en croit les résultats fournis par la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI).

Pour Souleymane Kéita, conseiller chargé de mission et coordinateur de la cellule de communication du RPG Arc-en-ciel, ce score « est la preuve que notre point de vue était partagé par la majorité des Guinéens ». Il l’a dit dans une interview accordée à un reporter de Guineematin.com dans la journée de ce samedi, 28 mars 2020.

Dans les rangs de la mouvance présidentielle, l’on se frotte les mains après la publication des résultats du référendum constitutionnel du 22 mars dernier. Souleymane Kéita s’en réjouit et se tourne désormais vers l’avenir. « Nous sommes plus que satisfaits du résultat. Au regard du travail qui a été abattu sur le terrain depuis plusieurs mois par la mouvance présidentielle et la CODENOC (Coalition Démocratique pour la Nouvelle Constitution) nous ne pouvons que nous en réjouir. C’est la preuve que notre point de vue était partagé par la majorité des Guinéens. C’est tant mieux pour la Guinée parce que cette nouvelle constitution va permettre de moderniser nos institutions et surtout de faire en sorte qu’il y ait plus d’ouverture pour la génération montante, de participer à la gestion du pays à des niveaux plus élevés. Donc, nous sommes satisfaits et nous nous mettrons désormais au travail pour faire en sorte que la marche de la Guinée puisse continuer de manière paisible avec bien-entendu la participation de l’ensemble des composantes de la nation. »

Beaucoup d’observateurs pensent que l’adoption de cette nouvelle constitution ne vise qu’à octroyer un 3ème mandat à Alpha Condé. Sur la question, Souleymane Kéita se dit étonné que telles hypothèses prospèrent chez les politiciens « Ceux qui pensent que cette nouvelle constitution vise pour un chef d’Etat de s’éterniser au pouvoir ont eu la mauvaise lecture. Ils se sont piégés. J’ai toujours rappelé que le maintien d’un président au pouvoir ne dépend pas toujours de la constitution ; ça dépend de la volonté du peuple dans sa majorité. Mais, lorsque des gens peuvent aller à des réflexions aussi élémentaires, c’est simplement dommage que certains partis qui ont besoin d’exister aient boycotté ces élections pour des arguments qui ne tiennent pas ».

Pour Souleymane Kéita, le débat sur le 3ème mandat ne s’est jamais posé dans les rangs du RPG. « Si le président va se présenter à une nouvelle élection ou pas, je vous dis très honnêtement que ce débat n’a jamais fait l’objet de discussions au niveau de la mouvance présidentielle. Pour nous, on a une obligation. On est arrivé au pouvoir sur la base d’une constitution qui est issue de la transition ; donc, qui n’a aucune légitimité, même si elle a des mérites pour nous avoir sorti de la transition. Le président élu, bénéficiant de la légitimé, a le droit de faire en sorte que cet espace institutionnel soit assaini en enlevant tout ce qu’il y a comme incohérence dans l’ancien et soumettre à la volonté populaire comme le veut la démocratie. L’autre débat, c’est encore une façon de nous faire perdre le temps. Je ne vois pas pour quelle manière nous allons tous nous investir, nous battre uniquement pour qu’on puisse assurer un mandat à vie à un président de la République. Ce n’est même pas la vision du président de la République », a-t-il laissé entendre.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin