Honorable Dembo Sylla, vice-président de l’UDG

Comme annoncé précédemment, la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) a donné hier mercredi, 1er avril 2020, le reste des résultats provisoires du scrutin des listes nationales à la représentation proportionnelle. Alors qu’on assiste à une razzia du RPG Arc-en-ciel avec 79 sièges sur les 114, l’UDG (Union Démocratique de Guinée) de Mamadou Sylla arrive en 2ème position avec 4 sièges. Le vice-président du parti, l’honorable Dembo Sylla, interrogé par un reporter de Guineematin.com, a dit qu’il s’attendait à plus que ça et dénonce la fraude orchestrée contre son parti.

Pour l’honorable Dembo Sylla, les résultats de ces contestées législatives sont en deçà de ses attentes. « Nous nous attendions à un score beaucoup plus que ça, compte tenu des activités qu’on a eu à faire sur le terrain et surtout du niveau de l’électorat que nous avons acquis, particulièrement en Basse Guinée. Pendant la campagne, franchement, au regard de ce qu’on voyait, on s’attendait aux bas mots à 10 ou 12 députés. Mais, tout le monde sait que le décompte a été fait sans la participation de nos délégués qui n’ont pas eu accès aux lieux de centralisation des résultats. C’est ce qui nous a amené à ce résultat. Nous savons bien que notre performance, parce que nous étions représentés dans toutes les régions naturelles, dépasse largement ce que nous avons eu. Donc, tout ce qu’on nous a attribué, que ça soit à Siguiri, Lola où Mali, est en deçà de ce que nous nous attendions », argumente-t-il.

A la question de savoir si l’UDG va saisir la Cour Constitutionnelle pour récupérer les voix que le parti aurait perdues, Dembo Sylla s’est montré pessimiste. « On va se retrouver pour voir qu’est-ce qu’il faut faire pour récupérer nos voix ; mais, j’avoue que ça sera un peu difficile parce que juridiquement, il faut avoir les preuves matérielles. Ce qui rendra la tâche difficile, c’est parce que nos délégués n’ont pas assisté au décompte et donc, ils n’ont pas les copies des PV de centralisation. On sait bien qu’on nous a volé beaucoup de voix un peu partout à Kamsar, à Boké, à Sangarédi. Mais, nous sommes entrain de réunir tout ce qu’on a comme preuve matérielle et voir, avec nos deux avocats, si nous allons saisir la Cour Constitutionnelle. C’est seulement là où nos délégués ont eu les PV, on va les compiler et formuler notre réclamation à travers cela », conclu-t-il.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin