La police a interpellé quatre citoyens, surpris en train de prier dans une mosquée dans la soirée du mercredi, 1er avril 2020, à Kankan. Les intéressés ont été conduits au commissariat de la ville où ils ont été auditionnés, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

Officiellement, tous les lieux de culte sont fermés pour 14 jours reconductibles en Guinée. La mesure s’inscrit dans le cadre de l’état d’urgence décrété le 26 mars dernier par le président Alpha Condé et vise à stopper la propagation de la pandémie du Coronavirus dans le pays. Mais, son application n’est pas effective partout. Des fidèles musulmans se cachent pour aller prier en petit nombre dans certaines mosquées. C’est le cas notamment de la mosquée située dans le secteur 3 du quartier Bordeaux, dans la commune urbaine de Kankan.

C’est là que la police a surpris quatre personnes en train de prier en groupe dans la soirée d’hier mercredi, 1er avril. Les agents de sécurité ont mis main sur les intéressés et les ont conduits au commissariat central de police de la ville, où ils ont passé la nuit. L’information a été confirmée par Elhadj Anttigou Kaba, secrétaire général adjoint de la ligue islamique communale, rencontré ce jeudi au commissariat central de Kankan.

« Nous avons reçu l’information, comme quoi, des fidèles musulmans se sont fait arrêter hier soir dans une mosquée en train de prier. Nos supérieurs nous ont demandé de venir voir le commissaire central pour voir ce qu’il y a lieu de faire », a indiqué le responsable religieux, ajoutant que la police a confié que les intéressés sont des récidivistes. « Le commissaire nous a dit qu’il avait donné des avertissements à ces gens ».

Après avoir entendu ces contrevenants à la décision présidentielle fermant les lieux de culte, la police les a mis à la disposition des autorités religieuses. « Après toutes les auditions, le commissaire a mis les intéressés à notre disposition. De notre côté, nous allons mener une enquête, parce que parmi eux, il n’y a pas le premier imam encore moins son adjoint. C’est seulement le muezzin et trois fidèles qui priaient », a laissé entendre Elhadj Anttigou Kaba.

A noter qu’en plus de la fermeture des mosquées, plusieurs autres mesures annoncées par le chef de l’Etat dans le cadre de la lutte contre le COVID-19 sont violées à Kankan.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin