De nombreuses localités de l’intérieur de la Guinée ont des radios rurales et communautaires qui jouent tant bien que mal leur rôle dans une conjoncture compliquée. C’est le cas de la radio communautaire de Koumbia, dans la préfecture de Gaoual, où les citoyens attendent son inauguration. Dans un entretien accordé récemment à un reporter de Guineematin.com, Ousmane CONDE, le premier responsable de la radio communautaire de Koumbia, est revenu le statut de son organe d’information, son fonctionnement, les difficultés rencontrées et bien d’autres questions.

Guineematin.com : quelle différence y a-t-il entre une radio communautaire et une radio rurale ?

Ousmane CONDE, le premier responsable de la radio communautaire de Koumbia

Ousmane CONDE : il faut reconnaître que la différence est mince. Ce sont tous des médias de proximité. Mais, la radio communautaire s’intéresse beaucoup plus aux activités communautaires. Au niveau de Koumbia par exemple, qui constitue sa principale cible, toutes les émissions sont préparées en conséquence. Il faut reconnaitre qu’il ya des radios communautaires privées, des radios commerciales, en plus des radios rurales. Mais les radios rurales et celles communautaires sont sous la tutelle du département de la Communication et de l’Information, à travers la direction nationale de la radio rurale de Guinée. Donc, ce sont des médias publics.

Guineematin.com : on sait qu’avant, cette radio de Koumbia était considérée comme clandestine par la Haute Autorité de la Communication (HAC). Actuellement, quel est son statut ?

Ousmane CONDE : pratiquement, la radio communautaire de Koumbia a désormais un statut légal. Elle est officiellement enregistrée à la Haute Autorité de la Communication et relève désormais de la direction de la radio rurale de Guinée. Nous avons une équipe qui a bénéficié d’une bonne formation. Pendant plusieurs semaines, nous étions là avec le Directeur de la radio rurale de Gaoual, Boubacar Sidy Diallo, qui est l’un des premiers journalistes animateurs de la radio rurale de Labé. Un médium reconnu comme le socle de la radio rurale en République de Guinée.

Guineematin.com : comment fonctionne la radio communautaire de Koumbia ? Que dire de son personnel ?

Ousmane CONDE : c’est l’une des rares radios communautaires ou rurales qui fonctionne à plein temps, soit 24 h sur 24. Nous avons une équipe de 2 techniciens, de 5 journalistes et de 3 animateurs. Nous parlons Poular et Landouma, qui sont des langues locales bien pratiquées à Koumbia.

Guineematin.com : pouvez-vous nous parler de votre grille de programmes ?

Ousmane CONDE : la radio rurale a un programme bien défini et nous fonctionnons sur cette base. Mais, ce programme peut être différent en fonction des régions et des réalités des populations, des activités, des cultures, des traditions. Mais, tout doit être communautaire. La radio s’intéresse à toutes les activités pratiquées par les populations de sa zone d’implantation : c’est l’agriculture, la pêche, l’élevage, l’artisanat, les groupements de jeunes, de femmes … Nous nous intéressons à la vie des populations rurales.

Guineematin.com : quelle est votre zone de couverture ? C’est seulement à Koumbia ou bien elle va au-delà ?

Ousmane CONDE : il faut dire que nous avons un émetteur de 600 watts, mais qui couvre plusieurs préfectures. Il y a même des gens qui nous écoutent à la Cimenterie, dans les périphéries de Conakry. Nous sommes écoutés à Labé, à Mali Yembéring, à Koundara, à Télimélé, à Lélouma et ici à Gaoual. Certains nous appellent également du côté de Kamsar, dans la région de Boké, pendant nos émissions interactives. D’ailleurs, nous sommes écoutés du côté de la Guinée Bissau et du Sénégal, notamment en Casamance. L’avantage de la radio de proximité, c’est qu’elle participe au désenclavement des localités, elle permet aux gens de rester en contact. Les messages sont accessibles partout. Elle informe, forme et éduque les masses. Et cela facilite le développement de nos localités. La radio communautaire est un média local, un outil de développement efficace.

Guineematin.com : vous étiez dans une radio privée à Conakry. Comment est-ce que cela s’est passé finalement, cette reconversion de la capitale au village ?

Ousmane CONDE : il faut reconnaître que la particularité avec la radio communautaire de Koumbia, c’est qu’elle est la propriété de la communauté de Koumbia. C’est la mairie, donc la communauté, qui a acheté la radio. Personnellement, je suis là par le canal du maire de la commune pour la mise en place d’une équipe opérationnelle. Mais jusqu’ici, nous sommes dans les essais puisqu’officiellement, elle n’est pas encore inaugurée.

Guineematin.com : ce n’est ce qui explique en partie les difficultés que vous rencontrez sur le terrain ?

Ousmane CONDE : c’est vrai que ce n’est pas toujours facile ; mais, en ce qui nous concerne, Saïdou Sow, le technicien et moi, nous avons un contrat avec la mairie. Nous sommes là pour aider à mettre en place une équipe opérationnelle. Lorsque la radio sera inaugurée, elle sera administrativement dans le juron de la direction de la radio rurale de Guinée. Cependant, nous évoluons tant bien que mal. Et sur le terrain, nous faisons quelques activités qui aliment la caisse de la radio. A la longue, je pense qu’avec le développement des activités économiques dans cette localité et une bonne gestion des recettes qui vont rentrer, cette radio pourra se prendre en charge plus facilement. Mais pour autant et à l’image des autres médias privés, je pense qu’il est utile que les radios communautaires et rurales de Guinée, puissent bénéficier de subventions conséquentes de la part de l’Etat. Cela pourrait aider au bon fonctionnement de ces médias de proximité.

Entretien réalisé par Abdallah BALDE pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin