Pour atténuer l’impact négatif du coronavirus, le gouvernement guinéen a annoncé la prise d’un certain nombre de mesures d’accompagnement en faveur des populations. Il s’agit entre-autres de la prise en charge par l’Etat des factures d’eau et d’électricité d’avril à juin, de la gratuité des transports publics à Conakry et environs, et de beaucoup d’autres initiatives.

Cette annonce, faite hier lundi, 06 avril 2020, est diversement appréciée dans les rues de Conakry ce mardi. Si d’aucuns y voient un acte salutaire, d’autres pensent que ces mesures sont insuffisantes pour sortir les guinéens de leur calvaire, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Les mesures d’accompagnement prises par le gouvernement pour faire face aux difficultés liées au Covid-19 sont différemment accueillies par les citoyens de Conakry.

Louceny Condé, conducteur de taxi-moto

Louceny Condé, conducteur de taxi-moto : « j’ai apprécié l’acte que le gouvernement a fait en faveur de la population, pour les mesures d’accompagnements prises face à cette pandémie parce qu’actuellement, la population souffre. Donc, si le gouvernement a eu l’initiative de se charger pour trois mois de l’électricité, de l’eau et du transport public gratuitement, vraiment nous apprécions cet acte. Moi, je m’entendais à une baisse du prix du carburant jusqu’à un certain niveau. Mais malheureusement, ça n’a pas été effectué de la manière dont nous l’avions pensé. Je demande au gouvernement fournir assez d’efforts pour plus de mesures d’accompagnement parce que la situation est très dure à cette période ».

N’fally Traoré, historien

N’fally Traoré, historien : « après avoir regardé le journal d’hier, ça a été un ouf de soulagement parce que ce n’est pas facile qu’un gouvernement africain se décide de prendre des mesures d’accompagnement comme l’a fait hier celui de la Guinée, qui a pris 30 points qui sont tous importants pour la population. Mais, j’ai une nuance par rapport au logement public et privé. Mais, je vais dire que tout le monde ne pourra pas bénéficier de la même manière d’un avantage. Même Dieu ne satisfait pas tout le monde à la fois. Voilà pourquoi il y a le projet ANIES qui doit prendre en compte plus d’un million et quelque de nos compatriotes. Ceux-là qui n’auront pas accès au transport public, je serai triste pour eux ».

Aboubacar Mandela Camara, consultant sur les questions d’éducation

Aboubacar Mandela Camara, consultant sur les questions d’éducation : « je pense que ce programme économique de riposte est vraiment le bienvenu et salutaire parce que vous n’êtes pas sans savoir que pendant cette période beaucoup d’activités sont au ralenti et surtout dans le domaine du transport vous avez constaté que le nombre de passagers par véhicule a été réduit. Donc, cela a un impact pour le secteur de transport. Donc, ces mesures sont vraiment salutaires. Du point concernant les entreprises aussi, beaucoup d’entreprises ne sont pas opérationnelles pendant cette période. Donc, ce plan économique de riposte contre Covid-19 est vraiment salutaire. Quand vous prenez le cas du citoyen lambda aujourd’hui, avec le ralentissement des activités, beaucoup ne sont pas en mesure de se trouver convenablement de quoi se nourrir, où se loger, encore moins de quoi payer les frais d’électricité. Donc, ce sont des mesures qui sont salvatrices en cette période. Malheureusement, en tant que consultant sur les questions d’éducation, ce que je regrette, le plan est beaucoup plus économique. Sur le plan social par exemple, on n’a pas pensé à l’éducation de façon pratique. Il vrai que le ministère de l’éducation a annoncé quelques dispositions, mais qui sont largement insuffisantes. Il va falloir qu’il y ait un plan spécial qui viendra au secours des apprenants. Parce que si nous oublions le système éducatif, qui est la pierre angulaire de tout développement, on aurait faussé ».

Amadou Oury Sow, marchand

Amadou Oury Sow, marchand : « ces mesures d’accompagnement ne sont pas des mesures qui peuvent aider la population. La mesure qui peut aider la population c’est de diminuer le prix du carburant. Si le carburant est diminué, celui qui est à Conakry, à Lola et partout dans le pays, pourrait en bénéficier. Mais, dire ici que le transport public, le logement public, alors qu’il n’y a pas de transports publics, des maisons publics, même le train qui circulait est à l’arrêt. Il n’y a pas d’eau, ni d’électricité. Chez nous, c’est à 5 heures que nos femmes se réveillent pour aller chercher de l’eau dans les forages. Quant à l’électricité, le courant n’est pas régulier. Quand il vient aujourd’hui, il peut faire trois jours sans qu’on ne le voie. Donc, ce n’est pas ce qu’on appelle aider sa population. S’ils ont vraiment de la peine pour la population, ils n’ont qu’à diminuer le prix du carburant qui va aider toute la population guinéenne. Sinon, ce sont des mesures qui ne sont pas en faveur de l’intérêt de la population, mais de celui gouvernement ».

Propos recueillis par Fatoumata Diouldé Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin