Un violent affrontement a opposé des habitants de deux villages voisins dans la préfecture de Siguiri. Il s’agit des districts de Frabalin et de Sofênidou, deux districts relevant de la sous-préfecture de Niagassola. Plusieurs personnes ont été blessées et d’autres interpellées, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

Les violences ont duré quatre jours (du 3 au 6 avril). Quatre jours pendant lesquels les habitants des deux localités voisines, qui se disputent la paternité d’un domaine occupé par la société de téléphonie mobile Orange Guinée, échangeaient des coups de feu. Gnouma Balla Keïta, le président du district de Frabalin, accuse la mairie de Niagassola d’avoir créé cette situation.

« Je dirai aujourd’hui que c’est l’autorité communale de Niagassola qui a provoqué ce conflit. C’est elle qui a donné notre domaine à la société Orange pour y installer une antenne. Quand nous avons réclamé la redevance que la société paye, la même autorité a affecté le domaine au district de Sofê comme le maire à l’époque était du même clan qu’eux. Donc nous avons porté plainte et la justice a tranché en notre faveur.

Le vendredi passé, un huissier était venu pour veiller à l’exécution de cette décision de justice. C’est ainsi qu’ils (les partisans du camp adverse) sont sortis pour lapider les agents. Après ils se sont rendus sur le lieu conflictuel pour détruire nos briques qui étaient là-bas. Quand nos jeunes sont venus les trouver sur les lieux, ils se sont attaqués à eux. L’un de nos jeunes a été poignardé au dos à l’aide d’un couteau. C’est où tout a commencé le vendredi », a-t-il expliqué.

Une version rejetée par Adama Keïta, le président du district de Sofênidou. Selon lui, c’est le camp adverse qui a attaqué le sien. « Le vendredi soir, j’ai reçu un pick-up rempli d’agents qui accompagnaient un huissier. L’huissier m’a dit que le conflit domanial qui nous opposait avec Frabalin a été remporté par Frabalin. Le verdict a été rendu en leur faveur, donc il est venu pour exécuter cette décision.

Il m’a demandé de signer le papier mais j’ai refusé. C’est ainsi qu’ils se sont retournés. Quelques minutes seulement après, les citoyens de Frabalin nous ont attaqués avec armes à feu, ils ont blessé 5 de nos jeunes. Nous avons fait quatre jours sous le feu avant que la sécurité n’intervienne pour procéder à des arrestations », a-t-il laissé entendre.

Après l’intervention des services de sécurité, le calme est revenu et les blessés ont été transportés à l’hôpital préfectoral de Siguiri pour des soins. Des agents ont été déployés pour garder le domaine conflictuel.

De Siguiri, Bérété Lancéï condé pour Guinneematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin