Madame Sall Hadja Fatoumata Binta Diallo, officier d’état civil de Ratoma

« L’année dernière, en cette période, on a reçu au moins 330 déclarations de mariages. Mais cette année, à date, on en est qu’à une vingtaine de mariages célébrés. Ça va affecter la caisse. S’il n’y a pas de mariages célébrés, il va s’en dire que ça va affecter le budget de la commune… Nous recevons toutes les couches sociales ici ; mais, on n’a pas de kits de protection contre cette épidémie. Nous n’avons pas de moyens parce que les ressources que nous générons ici sont gérées par la commune. Dès qu’on reçoit, on leur donne… »

La pandémie du coronavirus impacte tous les secteurs d’activités en Guinée. Même la célébration des mariages n’a pas été épargnée. A la mairie de Ratoma (Conakry), le nombre d’unions légales célébrées a fortement baissé en cette période de crise sanitaire, a appris un reporter de Guineematin.com qui s’est rendu sur place.

Habituellement, le mois précédant celui du ramadan est un moment particulier dans les mairies de Conakry. Pendant cette période, la célébration des mariages explose dans les services d’état-civil de la capitale guinéenne. Mais cette année, tel n’est pas le cas à la mairie de Ratoma. Au contraire, la célébration des mariages a nettement chuté dans cette commune. Une situation qui s’explique par la crise sanitaire au COVID-19, selon Hadja Fatoumata Binta Diallo, responsable du service d’état-civil de Ratoma.

« Comme vous le constatez, avec la pandémie qui sévit dans notre pays, le tôt de mariages célébrés a baissé dans notre commune. Habituellement, en cette période, on pouvait célébrer plusieurs mariages par jour. Ce qui n’est pas le cas actuellement. Par exemple, la semaine passée, dimanche précisément, on avait 7 mariages programmés, mais quatre ont été reportés à cause la maladie.

Et, pour les mariages qui ont lieu actuellement, on ne peut recevoir plus de 6 personnes, au maximum. La salle doit contenir que 10 personnes y compris l’officier de l’état civil. L’année dernière, en cette période, on a reçu au moins 330 déclarations de mariages. Mais cette année, à date, on en est qu’à une vingtaine de mariages célébrés », a-t-elle indiqué.

Un manque à gagner pour la mairie, qui voit son chiffre d’affaire baisser en raison de nette baisse de la célébration des mariages. « Ça va affecter la caisse. S’il n’y a pas de mariages célébrés, il va s’en dire que ça va affecter le budget de la commune… Nous assurons juste le service minimum actuellement. Mais là aussi, on a un problème. Parce qu’on n’a pas de kits de protection, notamment les masques pour le personnel.

Nous recevons toutes les couches sociales ici, mais on n’a pas de kits de protection contre cette épidémie. Nous n’avons pas de moyens parce que les ressources que nous générons ici sont gérées par la commune. Dès qu’on reçoit, on leur donne. La commune fait de son mieux mais elle ne peut faire face à tout le monde et au même moment. Donc, nous lançons un appel aux partenaires afin qu’ils puissent nous doter de kits sanitaires », a plaidé madame Sall Hadja Fatoumata Binta Diallo.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tel. (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin