C’est un fait insolite qui s’est produit dans la journée du mercredi, 08 avril 2020, au marché hebdomadaire de Filima, dans la sous-préfecture de Kamsar. Une femme enceinte a accouché sur les lieux après avoir été effrayée par une intervention musclée de la police, qui voulait faire respecter la décision relative à la fermeture du marché, a appris le correspondant de Guineematin.com à Boké.

Suite à la déclaration de l’état d’urgence sanitaire en Guinée, les autorités de Boké ont pris la décision de fermer tous les marchés hebdomadaires de la préfecture. Une mesure qui vise à réduire les risques de propagation de pandémie du coronavirus. Mais, cette mesure peine à être effective dans certaines localités. C’est le cas notamment à Filima, un district de la sous-préfecture de Soloprimo, où des citoyens ont décidé de ne pas se plier à cette décision.

Le mercredi, 08 avril 2020, jour de marché hebdomadaire dans cette localité, plusieurs femmes sont venues étaler leurs marchandises sur les lieux. Peu de temps après, elles ont été surprises par la police qui est venue les disperser.

Jules Onivogui

« La semaine passée, des policiers étaient là. Ils ont expliqué à toutes les femmes que le marché hebdomadaire est fermé jusqu’à nouvel ordre. Mais, ils avaient fini par utiliser la force pour faire plier les vendeuses. Aujourd’hui encore, c’est la même chose qui s’est répétée. Les femmes sont venues comme d’habitude, elles avaient même commencé leurs activités, lorsque les agents des forces de l’ordre sont arrivés pour tirer du gaz lacrymogène afin de les disperser », explique Jules Onivogui, témoin des faits.

L’intervention de la police a provoqué une véritable débandade dans le marché. Dans la foulée, une femme enceinte, effrayée et paniquée, a accouché sur les lieux. Une information donnée par des témoins et confirmée par Boubacar Demba Diallo, le chef de secteur de Filima marché.

« Depuis hier, nous avons appelé tous les villages environnants pour leur dire que le marché reste fermé à cause du COVID-19, mais les gens nous ont dit carrément qu’ils vont vendre. Ainsi, dès qu’ils ont commencé à s’installer le matin, les policiers sont venus lancer des gaz lacrymogènes. Sur les lieux, il y avait une femme en état de famille avancé. Dès qu’elle a vu le gaz lacrymogène tomber, elle a accouché sur le champ. Et nous l’avons prise avec son bébé pour les emmener à l’hôpital. Au moment où je quittais les lieux, le bébé et sa maman allaient bien », a indiqué ce responsable local.

Finalement, le marché hebdomadaire de Filima s’est vidé de ses occupants et il a été fermé.

De Boké, Abdourahmane N’Diaré Diallo pour Guineematin.com

Tel. 628-98-49-38

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin