A Faranah, les services de sécurité ont procédé à plusieurs interpellations le samedi, 18 avril 2020. Tous les citoyens ne portant pas correctement leur masque de protection ont été mis aux arrêts, a constaté le correspondant de Guineematin.com dans la ville.

Instauré par le président Alpha Condé dans le but de stopper la propagation du coronavirus en Guinée, le port obligatoire de masque a du mal à être effectif à Faranah. Dans cette ville, de nombreux citoyens ne portent pas correctement les masques de protection. Pour eux, le masque est gênant parce qu’il les empêche de respirer normalement. C’est pourquoi, ils préfèrent le mettre au niveau du menton ou du cou. Mais, ces derniers n’ont pas échappé à la vigilance des services de sécurité, déployés massivement dans la ville pour veiller au respect de cette mesure.

Les agents ont procédé à de nombreuses interpellations. Une façon de rappeler ces citoyens à l’ordre, explique Delphine Gouavogui, commissaire central de la police de Faranah. « C’est pour inciter les gens à porter les bavettes, dire aux gens que c’est une mesure qui n’est pas à prendre à la légère. Vous savez, chez nous, tant qu’on n’oblige pas un peu les gens, ils n’ont pas tendance à considérer les décisions, donc c’est pour un peu dissuader ceux aussi qui ne veulent pas du tout porter se plier à cette décision du président de la République. On a constaté que les gens ne portent pas les bavettes comme il se doit, ils les mettent au cou et se promènent comme ça, croyant qu’ils portent la bavette.

Il faut que chacun se conforme à ce qui a été dit parce que si on voit ce qui s’est passé en Europe, ils ont des moyens, des hôpitaux, ils ont tout ce qu’il faut pour lutter contre une maladie. Mais malgré tout, ils ont été durement frappés par cette pandémie. Et quand on prend notre pays, nous n’avons rien si ce n’est pas ça, donc vraiment le seul moyen que nous avons, c’est la prévention. Ça ne coûte rien et ça nous permet de nous protéger contre cette maladie. Donc, tout le monde doit accepter de porter des bavettes », a lancé madame Delphine Gouavogui.

Les personnes interpellées ont été soumises au payement d’une amende de 30 000 francs comme indiqué dans le décret rendant obligatoire le port du masque en Guinée à partir du 18 avril 2020.

De Faranah, Bangoura Mamadouba pour Guineematin.com

Tel : 00224 620 24 15 13/ 660272707

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin