Le port du masque communautaire, rendu obligatoire depuis 48 heures pour freiner la propagation du coronavirus, est respecté majoritairement. Toutefois, des contrevenants à cette mesure présidentielle sont soumis au payement d’une amende de 30 mille francs guinéens. Dans la commune urbaine de Labé, le montant ainsi retiré des mains des « récalcitrants » est orienté par la police à la confection de masques devant être distribué à des nécessiteux. L’annonce en a été faite ce lundi, 20 avril 2020, par le commissariat central de police, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

A plusieurs carrefours de la commune urbaine de Labé, des agents de la police sont déployés pour assurer un contrôle permanent et strict sur le respect de la mesure imposant le port du masque communautaire. Des barrières sont érigées à ces endroits pour filtrer les passants, céder le passage à ceux qui portent les masques ou faire payer ceux qui n’en ont pas.

commissaire divisionnaire Ousmane Fofana, commissaire centrale de la police de Labé

Interrogé sur la question, le commissaire centrale de la police de Labé, le commissaire divisionnaire Ousmane Fofana, a expliqué la façon dont se fait la gestion des amendes payées par les contrevenants. « C’est dans la matinée de ce samedi, 18 avril 2020, que mon service a commencé à faire le contrôle relatif au port obligatoire des bavettes comme l’exige le président de La République. Partout où nos agents sont postés, on met des barrières. Au fur et à mesure que les gens viennent, on les contrôle. Ceux qui n’en ont pas, on les oblige et on les verbalise comme l’indique le décret du président. On a même fait venir ceux qui confectionnent les masques ici au commissariat. Ils sont là, à côté de nous. J’ai pris une initiative : les 30 000 francs guinéens verbalisés aux personnes qui ne portent pas les masques serviront à payer des masques. Ces masques seront distribués aux personnes démunies, aux vieux, même à certains enfants qui viennent et qui ne connaissent pas la gravité de la maladie. On les interpelle, on les sensibilise et on leur donne les masques gratuitement. Comme le commissariat est implanté au quartier Pounthioun, ce montant aussi servira à payer des masques qui seront donnés au chef quartier pour qu’il les distribue gratuitement aux citoyens de ce quartier », a fait savoir l’officier de police.

Aux dernières nouvelles, on apprend qu’un registre de verbalisation a été proposé par les autorités administratives de Labé. Plusieurs citoyens ont été sommés de payer une amende de 30 000 GNF pour non-respect de la mesure présidentielle. Certains citoyens, qui ne veulent pas se plier à cette injonction pourtant prise pour leur bien, n’hésitent pas à emprunter les ruelles des quartiers pour échapper au contrôle.

Depuis Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin