Alors que les grandes pluies s’annoncent, certaines parties de Conakry présentent un visage hideux, avec des tas d’ordures entassés à divers endroits. C’est le cas du terre-plein central de la route Le Prince, au niveau du quartier Wanindara 1, dans la commune de Ratoma. Les citoyens de ces lieux regardent impuissants les tas d’ordures qui s’y amoncellent, les côtoyant quotidiennement. Les camions de ramassage d’ordures de la commune ont disparu de la circulation, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Dans le quartier Wanindara 1, secteur Mamadouba Soumah, le terre-plein de la route Le Prince est envahi par des montagnes d’ordures. Un endroit où se côtoient vendeuses de pains, gérants de bar-café ou d’atelier de couture, salons de coiffure et autres.

Madame Mariam Condé, vendeuse de pains à Wanindara 1

Arrêtée devant sa table de pain à l’attente de clients, Mariam Condé se dit désespérée de voir ces ordures tous les jours devant son commerce. « La présence de ces ordures à cet endroit nous fatigue. Nous avons interpellé les gens plusieurs fois ; mais, ils continuent à déposer les ordures au même endroit alors que les camions ne viennent plus pour ramasser. C’est quand nous rentrons la nuit qu’ils viennent déverser les ordures. Nous vendons du pain à côté des montagnes d’ordures. Nos clients nous interpellent tous les jours ; mais, nous ne sommes impuissants devant la situation ».

Madame Fanta Condé, vendeuse de pains à Wanindara 1

Même son de cloche chez sa voisine, Fanta Condé qui craint le découragement des clients à cause des ordures. « La présence de ces ordures est un grand souci pour nous. Nous voulons que ces ordures soient ramassées par les autorités, si non les clients ne vont pas acheter nos pains. Vous savez que le Ramadan est un mois où les pains sont très sollicités ; mais, s’ils sont auprès des ordures, ils auront du mal à acheter avec nous alors qu’il y a d’autres endroits plus propres. Nous voulons mettre en place une brigade de veille sur ceux qui déversent leurs ordures ici. Une fois que ces ordures seront ramassées, nous déposerons à la police toute personne qui mettra un sac d’ordures à cet endroit ».

Ahmed Tidiane Bah, gérant d’un bar café à Wanindara 1

Quand à Ahmed Tidiane Bah, gérant d’un bar café en face de la route Le Prince, trouve dérangeant de côtoyer les ordures tous les jours devant son bar. Il accuse les populations de l’intérieur des quartiers d’en être les auteurs. « Les autorités avaient tout fait pour empêcher le dépôt des ordures sur ce terre-plein ; mais malgré tout, ça continu. Nous qui sommes au bord de cette route, nous ne déposons pas les ordures ici. Ceux qui les déposent viennent de l’intérieur des quartiers. Ça nous dérange et nous demandons aux autorités de venir les ramasser et surtout d’interdire aux populations de déposer d’autres ici ».

Monsieur Momo Touré, adjoint du chef du secteur de Mamadouba Soumah dans le quartier Wanindara 1

Momo Touré, adjoint du chef du secteur Mamadouba Soumah, a laissé entendre que plusieurs démarches ont été faites pour empêcher le dépôt des ordures à cet endroit ; mais, il s’est heurté au refus des populations. « Le constat qui est là est un constat amer. En voyant les citoyens venir déposer les ordures sur le terre-plein de la grande route, ça me fait mal. Non seulement ça nous expose aux risques de maladies ; mais actuellement, nous sommes en pleine pandémie du coronavirus où la propreté doit être de mise. Au début, j’ai eu des séances de sensibilisation des citoyens sur les dangers liés à cette pratique. Dans ce cadre, j’avais proposé à certains jeunes de se constituer en brigade de surveillance. Quiconque est pris en train de déverser les ordures, qu’on le dépose à la gendarmerie pour que l’intéressé paye une amende de 300.000 GNF qui constituera la prime du jeune qui l’a interpellé. Malheureusement, tout est politisé chez nous. Dès que tu le fais, on t’attaque de partout pour dire que c’est ceci ou c’est cela. Donc, ça n’a pas abouti », explique le chef de quartier.

A en croire Momo Touré, au départ, la commune venait ramasser les ordures. « On ne sait pas ce qui se passe parce que personne ne vient ramasser. Les gens aspirent à être responsables ; mais une fois mis au poste, ils oublient ce pourquoi ils ont été mis là. Si non, la commune est bien dotée de camions de ramassage et ces camions sont bien carburés. Dans les temps, ils passaient ; mais, je ne sais pas ce qui se passe actuellement », se demande-t-il.

En attendant le ramassage des ordures qui commencent à obstruer le passage des usagers, le chef secteur interpelle ses populations sur cette pratique qu’il trouve anormale. « Je rappelle aux populations qui déposent ces ordures que ce qu’ils font n’est pas normal. Ce n’est pas une pratique citoyenne. Il faut que les gens acceptent d’envoyer leurs ordures au niveau du dépotoir qui est bien habilité à les recevoir », lance-t-il.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin