Hadja Kadé Diawara

Le monde musical guinéen vient d’être endeuillé par la mort de l’artiste à la voix d’or, Hadja Kadé Diawara. « L’archange du manding », comme on l’appelait affectueusement, est décédé dans la soirée du vendredi, 24 avril 2020, à l’hôpital Ignace Deen de Conakry des suites de maladie. Elle a tiré sa révérence à l’âge de 80 ans, a appris Guinneematin.com à travers un de ses journalistes.

Née en 1940 à Sangbarala, dans la préfecture de Kouroussa, la fille de Kerfala et de Tiguidanké Doukouré est tombée amoureuse de la musique depuis son enfance. Accompagnée de son frère Fodé, elle s’est vite fait remarquer dans les cérémonies à travers sa voix captivante, avant d’intégrer l’ensemble instrumental en 1961 aux côtés de feu Sory Kandja Kouyaté. Après la sortie de son single fétiche « Malissadjô » Kadé Diawara est invitée par le président Ahmed Sékou Touré à rejoindre la capitale, Conakry.

Elle enregistre son premier album solo intitulé « AN BO » en 1994 à Abidjan, avec un arrangement signé Sékouba Bambino sous le label Ninibou productions. 9 ans après, N’na Kadé revient en Côte d’Ivoire pour sortir « Djina Mousso » son deuxième album solo. Avec un arrangement de Kerfala Kanté, « Djina Mousso » entre dans le cœur des mélomanes. A l’âge de 71 ans, elle sort son troisième album intitulé « La Guinée Alou Barka » en 2011 et donne un concert d’au-revoir au palais du peuple de Conakry.

Mais, difficile à croire. Celle qui a porté pendant 53 ans le flambeau de la musique africaine de Guinée s’est retrouvée quelques années plus tard dans la misère totale, contrainte à mendier pour trouver à manger. Une situation qui n’a pas laissé indifférent Lamine Guirassy. Le PDG du groupe HADAFO médias, décide alors de rendre un dernier hommage à cette virtuose de la musique guinéenne. D’abord, il braque tous les projecteurs de son groupe de médias sur cette diva à travers l’annonce incessante de son retour sur la scène.

Ainsi, un album est enregistré, avec à l’appui des clips réalisés avec HADAFO régie. Un documentaire sur le parcours de Kadé Diawara a également été réalisé et diffusé sur ESPACE TV avec des témoignages très intéressants sur la vie de cette grande dame. Ce film a montré aussi l’état de précarité dans lequel vivait celle qui a pourtant fait les beaux jours de la culture guinéenne, surtout de la musique mandingue, avec l’objectif de la sortir de cette situation.

Dans cette même lancée, Lamine Guirassy négocie et obtient le soutien de plusieurs mécènes pour l’organisation d’un concert qui devait servir à récolter des fonds et des dons qui seraient entièrement reversés à la chanteuse. L’objectif final était de permettre à Kadé Diawara de vivre ces derniers jours sous un toit descend dont elle serait propriétaire. Hélas ! La mort en a décidé autrement.

Hadja Kadé Diawara s’en va en laissant dernière elle 4 albums, dont le dernier produit par HADAFO médias, sera présenté à titre posthume. Kadé Diawara aura garni le répertoire musical guinéen avec sa voix toujours jeune et mélodieuse. Une source d’inspiration pour les uns, une icône africaine pour les autres, elle s’est sacrifiée toute sa vie durant pour le rayonnement de la musique guinéenne.

Alsény KABA pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin