Patrice Vahard, représentant du Haut Commissariat des nations unies aux droits de l’Homme

Le Haut commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme en Guinée, a organisé le mercredi dernier, 29 avril 2020, une vidéoconférence avec une vingtaine de journalistes et d’activistes des droits humains sur le thème « Droits de l’Homme et riposte au Covid-19 », a constaté Guineematin.com, à travers un de ses journalistes.

La facilitation de cette rencontre virtuelle a été assurée par Teufack Temfack Alvine Gisèle, Guignard Lison et Kavabushi Chanel, tous du HCDH, qui ont axé leurs communications sur l’engagement du Système des Nations Unies dans la riposte au Covid-19, l’approche des droits de l’homme à la riposte, le cadre normatif relatif au droit à la santé et les actions de promotion et de protection des droits de l’homme dans le cadre de la riposte.

Au cours des échanges, les participants ont mesuré l’engagement et l’implication du HCDH dans la protection des droits de l’homme en Guinée pendant cette période de crise sanitaire liée au Covid-19.

Soucieux du respect des droits de l’homme, le HCDH, selon les conférenciers, reste mobilisé et impliqué auprès des autorités guinéennes et des autres acteurs concernés dans la recherche des voix légales de désengorgement des prisons du pays pendant cette période de riposte contre le Covid-19.

Au moins un cas de Covid-19 mortel a été détecté à la maison centrale, cette semaine, sur un des détenus , selon les autorités judiciaires.

A l’ensemble des acteurs impliqués dans la lutte contre le Covid-19, le Système des nations Unies qui a déjà débloqué 2 milliards de dollars américains pour financer des programmes institutionnels liés à la riposte, le HCDH, a expliqué aux participants de baser sa communication sur cinq messages :

La transmission et le contrôle du coronavirus; la Protection de la vie des citoyens et les moyens de subsistance ; l’accompagnement des malades à mieux se rétablir ; une attentions aux populations vulnérables et la mobilisation des ressources destinées à la riposte.

Pour venir à bout de la pandémie qui a franchi le cap de 200 mille morts dans le monde et 7 décès en Guinée, le HCDH, mise sur trois axes d’intervention à savoir la protection, la sensibilisation et le plaidoyer.

Les discussions ont permis de mesurer l’attachement de l’institution onusienne chargée des droits de l’homme, au respect des droits fondamentaux comme le droit à la santé, le droit à la vie ou le droit à la protection.

Sur ce dernier point, l’accent a été mis sur les personnes vulnérables comme les enfants, les femmes, les réfugiés, les apatrides ou celles qui sont en conflit avec la loi dont l’accès aux infrastructures socioéconomiques en cette période particulièrement difficile, est une nécessité pour faciliter la rupture de la chaîne de contamination.

Les participants triés à travers tout le pays, ont posé des questions et fait des proposition pour l’amélioration de la situation des droits en Guinée surtout pendant cette période de crise sanitaire où des cas de violation de droits sont signalés par endroits.

Avant de clôturer cette rencontre virtuelle, les conférenciers ont insisté sur la nécessité pour chaque citoyen de respecter les mesures barrières et le respect strict de la distanciation sociale.

Abdallah BALDE pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin