Alpha Oumar Diallo, journaliste et administrateur général du site d’informations verite224.com

A l’occasion de la journée mondiale de la liberté de la presse, ce dimanche 03 mai 2020, les professionnels de médias guinéens font le point sur les conditions d’exercice du métier de journaliste dans le pays. Des conditions jugées dans l’ensemble difficiles par Alpha Oumar Diallo, journaliste et administrateur général du site d’informations www.verite224.com, interrogé par notre rédaction. Le journaliste dénonce des dérives autoritaires qui portent sérieusement atteinte à la liberté de la presse en Guinée.

« Au cours de l’année 2019, la liberté de la presse a pris un coup sérieux en République de Guinée. Nous avons constaté et nous sommes en train de constater de plus en plus de dérives autoritaires du régime contre les journalistes et contre les médias. Cette année, des journalistes ont été de plus en plus poursuivis en justice de manière abusive. Il y a en a qui ont été kidnappés par les agents de la police judiciaire. Personnellement, j’ai été kidnappé par des agents de la DPJ et je crois que tous ces facteurs font que la Guinée est en train de perdre des places dans le classement de Reporters Sans Frontières (la Guinée a perdu trois points dans le classement de cette année, passant du 107ème au 110ème rang mondial en matière de liberté de la presse, ndlr). »

Pourtant, rappelle Alpha Oumar Diallo, la Guinée avait réussi à avoir d’importants acquis en matière de liberté de la presse. Cela, dit-il, grâce aux sacrifices consentis par les premiers journalistes indépendants du pays. « Quand il y a un homme qui veut détruire tous ces acquis, évidemment la presse sera là pour mener le combat pour que ces acquis soient préservés. Et c’est la raison pour laquelle nous sommes victimes de ces dérives autoritaires. Mais, je dirai aux journalistes de continuer à se battre. Les acquis qu’on a eus, c’est au prix de nombreux sacrifices, parfois humains.

Alpha Oumar Diallo, administrateur général du site d’informations verite224.com

Ce sont des journalistes qui ont pris des sérieux coups, mais qui ont tenu et obtenu ces acquis. Aujourd’hui, un ministre ou un directeur peut se lever et attaquer tout d’un coup un journaliste au tribunal parce que celui-ci a simplement mené une enquête sérieuse sur une affaire. Donc, les journalistes doivent se battre de manière acharnée pour préserver les acquis qu’on a obtenus, pour que le respect des droits de l’Homme et de la liberté d’expression soit effectif dans notre pays », a lancé l’administrateur général du site Verite224.com.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin