Honorable Amadou Damaro Camara, Président de l’Assemblée nationale

Le Président de l’Assemblée nationale, Amadou Damaro Camara, à l’image de ses collègues députés et du personnel de l’administration parlementaire, a été bouleversé par l’annonce du décès brutal de l’Honorable Lucény Fofana, 2ème Vice-président de l’Assemblée nationale, rappelé à Dieu hier, dimanche 03 mai 2020.

Dans la matinée de ce lundi, alors que la levée du corps était prévue à 10 heures et son enterrement à 14 heures, il a été décidé de reporter ces cérémonies en attendant les résultats du test du Covid-19 sur le corps.

Joint au téléphone par un journaliste de Guineematin.com qui était déjà à la morgue de l’hôpital sino-guinéen de Kipé, le Président de l’Assemblée nationale a confirmé la nouvelle du report, apporté des précisions et dit ses souvenirs de l’illustre disparu avec qui il entretenait de solides relations.

« La nouvelle m’a tellement bouleversé, que je suis resté pendant toute la journée sans pouvoir dire quelque chose. J’étais bouche-bée. La réalité est que Benty, Forécariah et la Guinée, tout le monde va pleurer pendant longtemps l’Honorable Lucény Fofana. Mais, au-delà des pleurs, sa vie a été traversée de dignité, d’humilité, de rigueur. Son premier souvenir, c’est le souvenir de tout le temps. En six ans, je ne l’ai jamais vu fâché, même un seul jour. S’il faisait un travail, il le faisait avec rigueur. Et l’amour qu’il avait pour son Benty natal, rien n’était suffisant pour ce village ».

« Pour ses qualités d’homme, il va nous manquer pendant longtemps », a poursuivi l’Honorable Damaro Camara, qui a formulé des prières pour le repos de l’âme de son illustre compagnon. « Je souhaite que Dieu l’accepte dans son Paradis. On ne peut rien contre la volonté de Dieu. Sinon, il était le symbole de la bonté et de la sagesse. Et, ce n’est pas des mots seulement. Cela me sort droit du cœur ».

Pour le patron de l’Assemblée nationale, le report de la levée du corps, initialement prévue ce matin à l’hôpital sino-guinéen, est lié au respect du protocole de la sécurité sanitaire en vigueur dans le pays.

« A cause de cette maladie, et pour s’assurer, le protocole est que l’on fasse des prélèvements. Ce qui va prendre 48 heures pour avoir les résultats. Si c’est positif, la Croix rouge va prendre en charge le corps ; et, si c’est négatif, le corps sera remis à la famille pour les funérailles. Pour respecter ce protocole, nous avons été obligés de reporter la levée du corps ce matin », a-t-il précisé.

Abdallah BALDE pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin