Bah Oury, président de l’Union pour la Démocratie et le Développement

Les dernières mesures du gouvernement annonçant l’interdiction pour les piétons et motocyclistes de sortir de Conakry font jaser dans la capitale Guinéenne. Pour Bah Oury, président de l’Union pour la Démocratie et le Développement (UDD) ces mesures risquent de créer de sérieux problèmes, notamment aux personnes qui habitent à Coyah et Dubréka qui travaillent à Conakry. Il l’a dit lors d’un entretien qu’il a accordé à un journaliste de Guineematin.com ce mardi, 5 mai 2020.

Selon Bah Oury, les dernières mesures prises par le gouvernement montrent que le pays n’était pas préparé face à une telle épidémie. Selon lui, il sera difficile pour la puissance publique de faire respecter ces dernières mesures. « Vous savez, il y a des mesures qui nécessitent que les politiques se mettent un peu en retrait par rapport à la formulation des prises de décision. Parce que ça nécessite une expertise, ça nécessite une prise en compte de manière statistique de la réalité. Et, notre pays ne s’est pas préparé à ce genre de bocage de la capitale par rapport au reste du pays. Les mesures qui sont avancées risquent de créer de sérieux de problèmes parce que la plupart des gens qui n’habitent pas Conakry, mais qui habitent dans la périphérie de Conakry, qui doivent se rendre à leur lieu de travail, comment feront-t-il, surtout ceux qui habitent Kouria ou dans ses périphéries ? La ville est devenue tentaculaire. Cela veut dire que c’est devenu une longue file où il n’y a pas d’espace. Donc, de Conakry jusqu’à Dubréka, c’est presque devenu la même chose. Vous continuez sur Coyah, c’est la même chose, et même au-delà. Donc, c’est un gros problème », soutient-il.

Pour le président de l’UDD, au lieu d’interdire systématiquement aux citoyens de quitter Conakry, le gouvernement doit procéder à des tests massifs sur la population. « Ça permettra au fur et à mesure que les tests sont organisés sur le terrain, de savoir où se nichent beaucoup plus les personnes infectées par le Coronavirus. Et à partir de ce moment-là, en fonction de l’ampleur de la situation, procéder à confiner éventuellement, si c’est nécessaire, certains quartier. Sinon agir de manière indistincte sans en avoir procéder au préalable à des tests, je pense que c’est donner un coup d’épée dans l’eau. Donc, je ne suis pas totalement contre ces dernières mesures prises par le gouvernement mais avant, on devait procéder à des tests massifs sur les populations de Conakry pour savoir qui est malade et qui ne l’est. Ça permettra d’une part d’éviter des contaminations et prendre en charge ceux qui sont malades ».

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin