Youssouf Camara

Pour limiter la propagation du coronavirus des mesures additives ont été mises en place par le gouvernement dans la journée d’hier, lundi 04 mai 2020. Désormais, les piétons et motards sont interdits de sortir de Conakry à partir du Kilomètre 36 (Coyah) et de Kagbélen (Dubréka). Interrogés à ce sujet par un reporter de Guineematin.com, des citoyens de Conakry ont diversement réagi.

Si certains citoyens dénoncent cette décision intervenue tardivement, d’autres l’apprécient et soutiennent qu’elle va contribuer à freiner la propagation de la maladie.

Youssouf Camara, domicilié au quartier Kipé, dans la commune de Ratoma : « c’est après avoir fini de tuer les guinéens qu’ils veulent maintenant mettre de nouvelles dispositions en place pour éradiquer la pandémie. Cette décision est venue tardivement parce qu’on pouvait confiner depuis longtemps Conakry par rapport à certaines préfectures. Depuis le début de la maladie, on pouvait bloquer les sorties et les rentrées, mettre des structures en place pour que les denrées alimentaires puissent rentrer, prendre des précautions pour que les commerçants puissent faire acheminer leurs marchandises. Mais ce gouvernement n’a pas de considération pour cette population. Cette décision, c’est le médecin après la mort. C’est une mesure fausse, c’est du mensonge, c’est du tape à l’œil. C’est une mesure qui ne serait pas suivie. C’est déplorable ».

Mamadou Hady Diallo, diplômé en Physique

Mamadou Hady Diallo, diplômé en Physique : « cette mesure est très mal prise. Ils devraient au moins faire ces barrages en dehors du pont KK, qui se trouve dans la préfecture de Coyah. Parce qu’ils y a des commerçants qui habitent à Coyah et qui font le commerce au marché de Madina. Ceux-ci viennent avec leurs motos. Maintenant, quand on dit que même si tu viens à Kagbélen ou au Km36 avec ton engin, on va le saisir, ça c’est un problème. Je ne partage pas ça avec le gouvernement. Normalement, le gouvernement devrait faire ça au niveau du pont KK qui se trouve à Coyah. A partir de ce pont, le gouvernement devrait installer un laboratoire. Pour ceux qui veulent sortir de Conakry, ils passent au test avant de continuer et ceux qui rentrent aussi font le test avant de rentrer à Conakry. Cela allait faciliter le déplacement des gens et ça facilitera même au gouvernement de détecter les personnes malades. Mais avec cette décision, vous même savez comment les guinéens vivent. Si tu ne sors pas, tu ne vas pas gagner quelque chose à manger. Donc, cette idée du gouvernement, je ne la partage pas. Ils n’ont qu’à changer de stratégie ».

Abdoul Diallo, marchand de profession

Abdoul Diallo, marchand de profession : « j’apprécie cette mesure parce qu’elle consiste à protéger les citoyens de l’intérieur du pays. Nous avons vu, même à Conakry ici nos structures sanitaires ont des défaillances à plus forte raison à l’intérieur du pays. Donc, c’est une bonne décision parce que ça concerne de la préservation de la santé de nos concitoyens qui sont à l’intérieur du pays ».

Richard Tamoné, journaliste

Richard Tamoné, journaliste : « je trouve que l’initiative est très salutaire. Mais, je constate qu’en Guinée, les initiatives sur papier sont toujours bien. Mais l’application fait toujours défaut. C’est salutaire dans la mesure où nous avons des hôpitaux qui n’ont pas une large capacité d’accueil de patients. Maintenant, si on peut contenir les malades au niveau de la capitale, pour ne pas que les citoyens de l’intérieur soient atteints, je trouve cela salutaire. Vous imaginez, on a du mal à gérer les gens à l’intérieur de la capitale Conakry. Maintenant, si la même chose se produit à l’intérieur du pays, ça serait la catastrophe. Les hôpitaux à l’intérieur du pays sont mal équipés. C’est pourquoi je trouve la mesure très salutaire sur papier. Il reste à savoir si cela va être appliqué sur le terrain vu que nos forces de l’ordre sont très cupides ».

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél : 620 589 527/654 416 922

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin