Koutoubou Moustapha Sanoh

《Une pandémie sans précédent et sans égal》! Depuis décembre 2019, l’humanité est assommée par une pandémie planétaire qui s’est soldée, à ce jour, par la mort de plus de 300 milles êtres humains, l’alitement de plus de 3 millions de patients et le confinement d’environ 5 milliards de personnes !

Paradoxalement, aucun centre de projections futuristes et stratégiques au monde n’a vu cela venir!

Incroyablement aucun système de santé au monde n’a pu contrer son émergence et sa progression.

Miraculeusement aucun puissance humaine n’a pu empêcher sa percée dans les grands palais et dans les grands états-majors de défense et de sécurité à travers le monde.

Curieusement aucune couche de la société humaine n’a pu échapper à son coup de poing; les hommes et femmes forts, les riches, les célébrités, les jeunes et les vieux.

Invraisemblablement aucune instance de prise de décision à l’échelle internationale n’a pu apporter un soutien habituel aux victimes de la pandémie.

L’Union européenne s’est montrée impuissante à préserver des vies humaines dans l’espace Schengen notamment en Italie, en Espagne, en France, etc.

La Maison Blanche, s’est vue incapable de sauver des milliers de vies à New York, à New Jersey, à Massachusetts, en Illinois, en Louisiane, etc.

Le Kremlin s’est vu obligé de se soumettre aux exigences inconcevables de la pandémie.

Pékin s’est plié aux réalités âpres de la calamité !

Sans jamais l’imaginer, les lieux de culte à Jérusalem, au Vatican, à la Mecque et à Médine, ont tous fermé leur porte aux fidèles !

Visiblement, le Covid-19 a mis à nu la vulnérabilité et la fragilité des hommes, des institutions et des valeurs. Évidemment, il a démontré à suffisance l’omnipotence absolue et la puissance éternelle du Maître de l’univers !

Impitoyablement le Covid-19 continue à semer un affolement universel indescriptible et une horreur générale mystérieuse.

À date, personne ne pourrait s’hasarder de prédire la fin exacte de cette panique mondiale !

《Être atteint par la pandémie n’est ni une infraction ni une humiliation 》!

Devant ces réalités amères et ampères, est-ce donc un crime d’être atteint par une pandémie de cette ampleur ?

Face à un tel scénario, est ce vraiment une honte d’être testé positif à une pandémie de cette taille ?

Les hommes en robe définissent le crime comme étant une transgression particulièrement grave, attentatoire à l’ordre public et à la sécurité collective, contraire aux valeurs sociales admises, réprouvé par la conscience et puni par les lois !

Et les éthologues définissent la honte comme étant un sentiment d’avoir posé une action indigne de soi, ou une crainte à subir le jugement défavorable d’autrui.

Ces définitions générales du crime et de la honte assurent, par excellence, qu’être positif au Covid-19 n’est ni un crime ni une honte.

En effet, être positif ne pourrait pas constituer un crime parce qu’il ne contient en soi aucune action, aucune omission et aucun comportement interdit et réprimé par les lois et passible de sanctions pénales !

Incontestablement, il ne pourrait non plus être considéré comme une honte parce qu’il ne reflète pas l’accomplissement d’un quelconque acte indigne de soi.

Autrement dit, ces personnes testées positives du Covid-19 n’ont ni violé ni piétiné une valeur universelle, ou un principe moral ou une norme naturelle !

Ceci dit, ces patients du Covid-19

ne devraient pas avoir le sentiment d’avoir commis un crime de quelque nature que ce soit.

Ils n’ont n’ont nullement le droit d’avoir un sentiment d’abaissement et d’humiliation dans la société.

Indiscutablement, ils n’ont ni le droit de se sentir embarrassés ou gênés à cause de la pandémie.

Par ailleurs, ils devraient assumer cette épreuve de la vie dans la dignité, dans le courage et dans la sérénité.

Par conséquent, la logique voudrait plus de soutien et plus de solidarité envers les patients de la pandémie.

La décence voudrait plus de responsabilité et plus de maturité dans nos propos et dans nos déclarations relatives à la pandémie.

L’élégance voudrait plus de prudence et d’humanisme dans nos commentaires sur la vie des personnes atteintes par cette pandémie.

《NE PROFITER SURTOUT PAS DE LA DOULEUR DE SON PROCHAIN》!

Ceci dit, les propos inhumains ne devraient pas avoir leur place dans nos médias.

Les commentaires vengeurs sur les victimes devraient être haïs et rejetés.

La réjouissance irresponsable face à la douleur des patients devrait disparaître dans nos comportements.

Les chroniques haineuses à outrance annonçant malicieusement les noms de concitoyens qui ont contracté le Covid-19 devraient être farouchement bannies et punies par les législations de la République.

Oui, la méchanceté et l’indignité des êtres qui se permettent de mentir publiquement sur les personnes testées ou non testées positives au Covid-19, devraient être combattues par des poursuites judiciaires! Il en est de même de l’amateurisme et de l’irresponsabilité des organes de médias qui versent dans cette pratique scélérate !!

Oui, l’immortalité et l’incivisme des individus qui se réjouissent de l’épreuve que traversent les patients du Covid-19, devraient être sanctionnés par des peines conséquentes.

Absolument, ces oiseaux de malheur et de douleur oublient naïvement qu’eux aussi pourraient être un jour ou l’autre des victimes du Covid-19 !

《Des comportements indignes doivent cesser dans notre société》!

Évidemment, c’est dégoûtant de constater la course honteuse et inhumaine des médias en ligne et des réseaux sociaux, d’être le premier à annoncer les noms de leurs compatriotes testés positifs au Covid-19 !!

Franchement c’est écœurant de voir le métier noble de journaliste exercé de nos jours par des mythomanes, qui font de la diffamation, de la désinformation et de la démagogie leur fonds de commerce notamment pendant les crises.

Sincèrement, c’est pénible l’intoxication et l’insolence qui étalent la cruauté des individus sans vergogne qui se donnent le droit d’annoncer les noms de celles et ceux qui sont atteints ou morts par le Covid-19 sans aucune autorisation !

Et, pourtant, l’éthique et la déontologie, en faisant référence au serment d’Hippocrate, voudraient que la publication du résultat d’un examen médical revêt exclusivement un caractère privé. Il s’en suit que seule la personne concernée pourrait l’annoncer publiquement. À défaut, cette publication pourrait être autorisée par l’intéressé ou par un corps médical pour des raisons spécifiques !

《TRAITER LES PATIENTS DU COVID-19 DIGNEMENT ET HUMAINEMENT》!

De ce qui précède, le pouvoir public devrait traquer les individus, qui foisonnent dans les médias particulièrement les réseaux sociaux et les médias en ligne.

Concomitamment, le pouvoir public devrait contribuer au processus de décriminalisation du statut de malade du Covid-19, en offrant aux patients un accueil chaleureux et digne de nom.

Il devrait également rassurer la population à travers la disponibilité d’un traitement humain sous-tendu par une prise en charge de qualité et un accompagnement décent pour tous les patients du Covid-19, sans exception et sans aucune discrimination.

Toute chose qui pourrait faire échouer les tentatives d’intoxications et de désinformations des mythomanes, des affabulateur et autres personnes malintentionnées.

Sûrement, offrir un cadre convenable et accorder une attention soutenue aux patients du Covid-19 contribueront à mettre fin à l’angoisse et à la terreur ressentie par les populations dès qu’on parle de leur prise en charge dans les centres hospitaliers actuels dédiés au Covid-19 !

In chaa Allah ensemble nous vaincrons incessamment le Covid-19 pour le bien-être de l’humanité!!

Professeur Koutoubou Moustapha SANO

PhD in Laws

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin