Dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire décrété pour freiner la propagation du Covid-19 en Guinée, de nouvelles mesures ont été prises par le gouvernement dans la soirée du lundi, 04 mai 2020. Il s’agit notamment de l’installation d’un centre de dépistage au Covid-19 dans l’enceinte du camp militaire Kwame Nkrumah de Kagbélen pour les chauffeurs, apprentis et autres citoyens. Cette opération de dépistage qui a démarré ce mardi 05 mai, suscite déjà de l’indignation chez certaines personnes qui dénoncent le manque de temps, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Désormais pour se rendre à l’intérieur du pays, il faut avoir un certificat médical délivré par l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSS). Un centre de dépistage au Covid-19 a été installé à cet effet au camp Kwame Nkrumah pour les chauffeurs, apprentis et autres citoyens.

Sékou Touré, travailleur dans une société de distribution de produits pharmaceutiques

Employé dans une société de distribution de produits pharmaceutiques à l’intérieur du pays, Sékou Touré, a expliqué comment l’opération s’est passée. « Pour le moment, le travail se passe bien. Quand tu viens, tu te fais enregistrer sur une liste et on vous fait entrer par cinq ou dix personnes. Une fois devant le centre, on prend vos coordonnées et le numéro de téléphone. Après, on te fait entrer dans une salle où tu commences par laver les mains. Ensuite, on fait entrer le coton dans les narines et on garde dans une éprouvette. On te donne un ticket et c’est fini. Enfin, on te dit après 24 heures, le résultat sera proclamé », a-t-il indiqué.

Pour cette première journée, rares sont ceux qui ont pu se faire dépister à cause de la lenteur qui entoure le processus et du timing. « Je suis venu pour faire le test de dépistage au Coronavirus. Les agents chargés de cette opération ont dit que je suis en retard avec mon équipe et de revenir demain puisqu’ils travaillent de 07 heures à 14 heures. L’heure de travail est vraiment insuffisante, beaucoup de personnes étaient là, mais elles n’ont pas eu accès. C’est ça le Guinéen, il cherche le travail et une fois qu’il le gagne, il ne travaille pas. Ils travaillent de 07 heures à 14 heures. Normalement, ils doivent travailler jusqu’à 00 heure parce que les gens ont besoin de se déplacer. C’est le mois saint de Ramadan et nous devons assister nos parents qui sont à l’intérieur du pays. Ça m’a fait beaucoup mal parce que je comptais sortir à Conakry demain mercredi », s’est-il plaint.

Abondant dans le même sens, Mamadou Baïlo, chauffeur sur le tronçon entre Conakry et Tanènè, a fustigé ce manque de temps des opérateurs. « Je n’ai pas pu avoir accès au centre. Ils prennent un petit nombre de personnes, c’est-à-dire cinq à six personnes. Depuis que je suis venu ici le matin, ils n’ont fait qu’entrer vingt cinq personnes. Ça c’est trop petit par rapport à la demande », a-t-il expliqué.

Toutes nos tentatives pour visiter le centre de dépistage sont restées vaines à cause du refus des agents postés à la rentrée du camp Kwame Nkrumah.

Ibrahima Kalil Diakité

Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Tel: 620 21 39 77/ 662 73 05 31

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin