Hon. Saîkou Yaya Barry, secrétaire exécutif de l’UFR

Le Centre d’Etudes Stratégiques de l’Afrique (CESA), un cercle de réflexion rattaché au département Américain de la Défense, s’en est violemment pris au régime du président Alpha Condé, accusé de vouloir faire un 3ème mandat. C’est à travers un rapport publié le lundi, 04 mai 2020, que ce Think tank a violemment critiqué le président guinéen, notamment dans la répression qui s’est abattue sur le FNDC. Réagissant à ce rapport, Saïkou Yaya Barry, secrétaire exécutif de l’Union des Forces Républicaines (UFR), dit que la Guinée fait partie du système monde, précisant que la dictature ne passera pas.

Après Human Rights Watch, International Crisis group et Amnesty International, c’est au tour su Centre d’Etudes Stratégiques de l’Afrique d’épingler le régime d’Alpha Condé sur les conséquences du contesté double scrutin du 22 mars dernier. Dans son rapport, l’ONG demande des sanctions ciblées contre certains dignitaires du pays, mais aussi la non reconnaissance des élections législatives et la nouvelle constitution que vient d’être adoptée.

Joint au téléphone par un reporter de Guineematin.com, l’honorable Saïkou Yaya Barry s’est réjouit de cette mesure avant d’expliquer que la situation de notre pays ne pouvait passer inaperçue. « Ce qui retarde de finaliser le musellement de ce gouvernement et de tous ses alliés, c’est le fait que nous avons cette pandémie en République de Guinée. Nous sommes dans un village planétaire où rien ne se passe tout seul, comme si on était dans les années 60. Aujourd’hui, tous les pays sont liés et de ce fait, on est obligé, parce qu’on est signataire de certaines conventions avec la communauté internationale et il faut respecter ces conventions et traités. La Guinée est signataire des accords de Cotonou, elle est signataire de la charte internationale des droits de l’homme, mais aussi du traité de Rome. Donc, il est impossible qu’un chef d’Etat instaure une dictature noire alors que le pays est déjà en avance par rapport à ces accords », a fait savoir Saïkou Yaya Barry.

Pour Saïkou Yaya Barry, ce rapport vient mettre à nu le forcing opéré par les autorités dans l’organisation du double scrutin du 22 mars dernier. « Le recul qu’Alpha Condé nous a fait subir ne peut pas rester impuni. C’est la raison pour laquelle, quand cette institution prend le devant pour le dire, c’est pour tout juste contribuer à accélérer les actions qui doivent se faire dans notre pays pour protéger les guinéens contre la dictature d’un homme et de son système. »

En outre, le secrétaire exécutif de l’UFR a évoqué les cas de l’instabilité qui prévalent dans la sous-région ouest africaine qui a alerté les auteurs du rapport. « Cette institution qui a publié ce rapport est une institution liée au Pentagone qui connait la situation de la sous région où les djihadistes cherchent à avoir un côté littoral pour pouvoir déstabiliser toute l’Afrique de l’Ouest, voire même le continent. Aujourd’hui, Alpha Condé a instauré un système de gouvernance basé sur la déchirure sociale, la gabegie, une colonisation locale, et une lutte acharnée pour le gain mal acquis. Les mines de la Guinée sont devenues le far-west de l’Afrique de l’Ouest où les permis sont vendus comme des baguettes magiques. La Guinée est devenue un pays où le risque d’embrasement est grand. C’est ce qui fait que ceux qui nous regardent de l’extérieur voient très bien là où nous aboutissons et c’est raison pour laquelle, ils donnent l’alerte. Cela amènera l’UE, l’UA, la CEDEAO et les autres à faire bloc commun contre ceux-là qui sont en train de coloniser localement le pays. C’est pour cela que nous félicitons le comportement de cette institution et nous demandons à ce que les autres emboîtent le pas pour ne pas qu’Alpha Condé utilise la pandémie pour se maintenir au pouvoir en gardant le pays dans un statu quo », souhaite-t-il.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin