Fodé Mohamed Soumah, président du parti GéCi

Le rapport du Centre d’Etudes Stratégiques de l’Afrique (CESA), rattaché au département de la défense américain, suscite des réactions au sein de la classe politique guinéenne. Le CESA estime que « les manœuvres du président Alpha Condé pour l’adoption d’une nouvelle Constitution, contre l’avis de la population, constituent une manière de contourner les remparts démocratiques à la seule fin de s’assurer un troisième mandat présidentiel », ajoutant que « l’heure est grave pour la Guinée ».

Interrogé par Guineematin.com sur le sujet, le président du parti GéCi, élu député lors des élections contestées du 22 mars dernier, soutient que ce rapport n’a pas lieu d’être. Voulant sans doute siéger à cette Assemblée nationale jugée non crédible, Fodé Mohamed Soumah estime que ce document parle d’une histoire devenue ancienne.

« C’est un rapport qui n’a pas lieu d’être parce qu’il parle d’une situation, pour nous, qui n’existe plus, parce que nous estimons que les élections sont derrière nous. Nous estimons que la nouvelle constitution a été actée par une majorité, nous estimons que l’Assemblée nationale a été installée et que la priorité des priorités, c’est le combat contre le Covid-19 et non la guéguerre intestine ou aller encore une fois déshabiller notre pas à l’extérieur comme on aime si bien le faire avec les interventions étrangères. Je trouve que c’est quand même lamentable de la part de notre classe politique, qu’à chaque fois qu’il y ait une élection en Guinée, qu’il faille faire appel à l’extérieur.

Je pense qu’il faut qu’on essaye de comprendre la chose essentielle. Aujourd’hui, notre classe politique avait la possibilité de mettre le grappin sur cette Assemblée nationale et faire en sorte que le pays avance. Mais, ils ont préféré le boycott, ils ont préféré se disperser et puis vouloir d’une chose et son contraire, la guerre des égos et les calculs politiciens. Résultats des courses, l’Assemblée est installée alors que personne ne l’a voulait, la constitution est passée comme lettre à la poste.

Il y a quelque chose qui est en train d’impressionner les gens, c’est le mot Pentagone (département auquel est rattaché le CESA, ndlr). C’est une association comme une autre. C’est comme par exemple l’association « Loi 1901 en France » ou bien une ONG guinéenne qui est affiliée au ministère de l’administration du territoire.

Donc, si c’est le mot Pentagone qui les impressionne, qu’ils sachent que ce n’est qu’une simple association qui n’a pas de l’ampleur qu’on veut lui donner. Je pense que c’est un rapport qui est décalé. C’est de l’histoire ancienne et la Guinée avance. Aujourd’hui, on a une Assemblée nationale qui nous sauve de la vacance du pouvoir et on a des institutions qui fonctionnent », a ajouté Fodé Mohamed Soumah.

Propos recueillis par Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin