Malgré l’adoption de la nouvelle constitution et l’installation de l’Assemblée nationale contestée, le FNDC pense que son combat est loin d’être perdu. Cela, en raison des nombreux soutiens dont sa lutte bénéficie à l’international. Le dernier en date est celui du Centre d’Etudes Stratégiques de l’Afrique rattaché au Pentagone, le département américain de la défense. Le CESA vient de publier un rapport accablant pour le pouvoir guinéen.

Il estime que « les manœuvres du président Alpha Condé pour l’adoption d’une nouvelle Constitution, contre l’avis de la population, constituent une manière de contourner les remparts démocratiques à la seule fin de s’assurer un troisième mandat présidentiel », ajoutant que « l’heure est grave pour la Guinée ». Un rapport vivement salué par Sékou Koundouno, le responsable des stratégies et planification du Front National pour la Défense de la Constitution, interrogé par Guineematin.com, à travers un de ses journalistes.

Sékou Koundouno, Administrateur Général de la Cellule Balai Citoyen et responsable des stratégies et planification du FNDC

« Au niveau du Front National pour la Défense de la Constitution, nous disons que notre lecture vient pour appuyer le rapport fourni par ce centre d’études stratégiques affilié au Pentagone sur des questions liées à la défense et à la sécurité. Comme vous le savez, depuis le 03 avril 2019, les Guinéens, dans leur composantes politique, sociale et syndicale, réunis au sein du FNDC, sont en train d’œuvrer par tous les moyens légaux afin d’empêcher Alpha Condé de transformer la Guinée en un royaume ou en une monarchie en essayant de faire taire toutes les forces existantes mais aussi de contribuer dangereusement et de façon très sophiste à observer un recul démocratique dans notre pays », a réagi l’activiste de la société civile.

Il rappelle que le CESA n’est pas le seul à exprimer sa préoccupation face à la crise politique en Guinée. Avant lui, les Etats-Unis, la France, l’UE, la CEDEAO, l’UA, l’Allemagne… ont mis en doute la crédibilité du double scrutin législatif et référendaire du 22 mars 2020. Après ces différentes dénonciations, ce responsable du Front National pour la Défense de la Constitution s’attend désormais à des sanctions contre le régime Alpha Condé. « Aujourd’hui, tous les Etats sérieux sont résolus à ne pas reconnaître cette forfaiture qui est orchestrée en Guinée le 22 mars 2020. Qu’est-ce qu’on peut attendre comme solutions ?

C’est sans doute que des sanctions ciblées vont tomber dans les mois qui suivent et les partenaires qui accompagnent la Guinée n’attendent que cette crise sanitaire du Covid-19 prenne fin. Ainsi, le régime guinéen sera complètement isolé, ils seront interdits de voyager vers les pays occidentaux, les biens qu’ils ont dans ces pays vont être saisis. Je pense que cela sera suivi par d’autres sanctions à l’encontre du pays et nous les Guinéens, nous serons obligés de prendre nos responsabilités pour ne pas permettre à une minorité de mettre notre pays en péril et compromettre l’avenir des générations futures », estime Sékou Koundouno.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin